Photo : Stella Jacob
Dans le même numéro

L’apprentissage du regard

L’impasse de l’école sur la culture visuelle conduit à ne pas former le regard des élèves. L’image mérite pourtant une lecture approfondie, qui permette de se l’approprier, au-delà de la sidération.

Et si, à reprendre le mantra qui nous vient d’une ordonnance de 1816, à savoir que l’école repose sur quelques fondamentaux – «lire, écrire, compter» –, nous tournions le dos à une partie considérable des besoins des élèves ? Et si faire l’impasse sur la culture visuelle, pourtant prégnante dans notre société, nous conduisait à ne pas former leur regard ? Actuellement, l’Éducation nationale préconise la fréquentation des images, mais ces dernières restent à la marge. Bien sûr, l’éducation artistique commence à trouver une place dans les programmes. Par ailleurs, les références à la peinture, à la photographie ou au cinéma sont plus présentes dans les manuels, mais davantage comme des illustrations que comme des documents à étudier pour eux-mêmes. On leur demande surtout de jouer le rôle de supplément récréatif à un enseignement qui, pour être crédible et sérieux, passe par le texte. Apprendre à mieux regarder – avec son corollaire, mieux écouter, puisque le son, en traversant l’image, la modifie – n’est jamais présenté comme un des fondamentaux de l’éd

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Carole Desbarats

Pour avoir accompagné plusieurs générations d'étudiants à la Femis, Carole Desbarats s'intéresse à tous les aspects du cinéma, de son économie à son esthétique. Elle s'interroge aussi sur les responsabilités de la transmission, dans l'école et en dehors de l'école, notamment à travers l'association "Les Enfants du cinéma". Voir et comprendre le cinéma, ce n'est pas pour elle un exercice de…

Dans le même numéro

Le dossier, coordonné par Anne-Lorraine Bujon et Isabelle de Mecquenem, remet le sens de l’école sur le métier. Il souligne les paradoxes de « l’école de la confiance », rappelle l’universalité de l’aventure du sens, insiste sur la mutation numérique, les images et les génocides comme nouveaux objets d’apprentissage, et donne la parole aux enseignants. À lire aussi dans ce numéro : un inédit de Paul Ricœur sur la fin du théologico-politique, un article sur les restes humains en archéologie et un plaidoyer pour une histoire universaliste.