Alice et le maire : Photo Anaïs Demoustier, Fabrice Luchini | Copyright Bac Films
Dans le même numéro

Alice et le maire de Nicolas Pariser

décembre 2019

Nicolas Pariser renouvelle avec bonheur un scénario bien connu de la philosophie politique : le prince et le philosophe.

Dans ce second long-métrage, Nicolas Pariser renouvelle avec bonheur un scénario bien connu de la philosophie politique : le prince et le philosophe. La scène se passe aujourd’hui, dans le microclimat désenchanté d’une crise du politique qui touche tout particulièrement les idéaux de la gauche. Le philosophe est ici une jeune normalienne, plus littéraire d’ailleurs, selon ses propres dires, que philosophe, Alice Heimann, peu au fait des mœurs politiques, indécise, comme nombre de ses camarades, après tant d’années d’études, sur le sens à donner à sa carrière professionnelle, mais dont la culture, comme l’indiquent ses lectures, manifeste une intimité avec les auteurs classiques. Elle est jouée par Anaïs Demoustier, visage intelligent, mobile, amusé ou ému, curieux toujours. Alice est embauchée au sein du pôle de communication par le cabinet du maire socialiste de la bonne et grande ville de Lyon, Paul Théraneau (Fabrice Luchini, d’une sobriété, dans ce film, magistralement expressive) pour lui redonner du cœur à l’ouvrage : « Il faut nous le sauver… » Le prince, c’est donc lui, un homme politique avéré, qui croit avec ferveur au progrès (le premier p

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Cécilia Suzzoni

Professeure honoraire de chaire supérieure au Lycée Henri IV, Cécilia Suzzoni est la fondatrice et présidente d'honneur de l'Association le latin dans les littératures européennes (ALLE). Elle a notamment dirigé, avec Hubert Aupettit, l'ouvrage Sans le latin (Fayard, 2012)

Dans le même numéro

Là où nos sociétés connaissent des tensions, là aussi travaille le langage. Le dossier d’Esprit (décembre 2019), coordonné par Anne Dujin, se met à son écoute, pour entendre l’écho de nos angoisses, de nos espoirs et de nos désirs. À lire aussi dans ce numéro : les déçus du Califat, 1989 ou le sens de l’histoire et un entretien avec Sylvain Tesson.