Dans le même numéro

Les métamorphoses, d'Ovide

Les métamorphoses
Ovide
Traduit du latin par Marie Cosnay
L’Ogre, 2017, 528 p., 25 €
Omnia mutantur, nihil interit : « Tout change, rien ne périt. »
La traduction d’une œuvre menacée par la gloire est toujours « une espèce de défi », selon les mots de Valéry dans l’avant-propos à sa traduction des Bucoliques de Virgile. Il s’agissait déjà pour le poète, grand amoureux de la langue latine, si heureusement douée pour la poésie – un bonheur qu’elle doit à son « économie », à sa « liberté » syntaxique – d’arracher ce chef-d’œuvre au « latin scolaire », à « cette atmosphère d’école, d’ennui », où « on fait ânonner des merveilles de poésie  »… Le bandeau publicitaire de la neuve et belle traduction des Métamorphoses par Marie Cosnay annonce le même souci : il s’agirait « de sortir les Métamorphoses du décor et des classes de latin ». Cette traduction, nous la devons pourtant à une écrivaine qui, non seulement assume pleinement son statut de professeure de latin, mais encore n’oublie pas de remercier ses élè

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Cécilia Suzzoni

Professeure honoraire de chaire supérieure au Lycée Henri IV, Cécilia Suzzoni est la fondatrice et présidente d'honneur de l'Association le latin dans les littératures européennes (ALLE). Elle a notamment dirigé, avec Hubert Aupettit, l'ouvrage Sans le latin (Fayard, 2012)

Dans le même numéro

Comment se fait aujourd’hui le lien entre différentes classes d’âge ? Ce dossier coordonné par Marcel Hénaff montre que si, dans les sociétés traditionnelles, celles-ci se constituent dans une reconnaissance réciproque, dans les sociétés modernes, elles sont principalement marquées par le marché, qui engage une dette sans fin. Pourtant, la solidarité sociale entre générations reste possible au plan de la justice, à condition d’assumer la responsabilité d’une politique du futur. À lire aussi dans ce numéro : le conflit syrien vu du Liban, la rencontre entre Camus et Malraux et les sports du néolibéralisme.