Dans le même numéro

Europe : écologie ?

Au tournant des années 1990, c’était clair : la ligne des idées suivait la ligne du temps et le remplacement du socialisme par l’écologie politique n’était qu’une question de patience. À coup de citations poétiques enthousiastes sur la force des idées dont l’heure est venue, ou millénaristes sur le recours qui croît avec le péril, les écologistes fin-de-siècle se présentaient en conquérants.

En Allemagne, à la faveur des élections européennes, ils s’installent durablement dans le paysage dès 1984, accèdent aux exécutifs locaux, avec un ministre régional de l’Énergie et de l’Environnement en Hesse en 1985, Joschka Fischer, futur ministre fédéral des Affaires étrangères, ou le maire adjoint aux Affaires multi­culturelles de Francfort en 1989, un certain Dany Cohn-Bendit. La trajectoire politique de l’ancien dirigeant de Mai 68 synthétise d’ailleurs les paradoxes de cette transition du rouge au vert : de part et d’autre du Rhin, vérité en deçà, erreur au-delà…

Car cette loi historique reste, pour le moment, circonscrite à l’Allemagne. Pur produit de l’identité ouest-­allemande post-1945, entre pacifisme, féminisme et e

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Édouard Gaudot

Membre du conseil d'EuropaNova, ancien conseiller politique au Parlement européen, il est notamment l'auteur, avec Benjamin Joyeux et Lucile Schmid, du Manifeste des écologistes attérés (Temps présent, 2015).

Dans le même numéro

Coordonné par Jean-Yves Potel, le dossier analyse le succès du gouvernement du Parti Droit et justice (PiS) en Pologne. Récupérant un mécontentement semblable à celui que l'on perçoit ailleurs en Europe, le régime s'appuie sur le discrédit des élites libérales et le rejet des étrangers pour promouvoir une souveraineté et une fierté nationale retrouvées. Il justifie ainsi un ensemble de mesures sociales mais aussi la mise au pas des journalistes et des juges, et une posture de défi vis à vis des institutions européennes, qu'il n'est pas pour autant question de quitter. À lire aussi dans ce numéro : les nouveaux cahiers de doléance en France, l’emprise du numérique, l’anniversaire de la révolution iranienne, l’antisémitisme sans fin et la pensée écologique.