Photo Revue Esprit 2018
Dans le même numéro

Le fantasme du corps étranger. Entretien avec Etienne Balibar

juil./août 2018

#Divers

Propos recueillis par Fabienne Brugère
et Guillaume le Blanc le 5 mars 2018

La crise de l’hospitalité européenne est-elle liée au réarmement des souverainetés nationales et à l’effacement de l’Europe ?

Il est incontournable de prendre pour point de référence ce qui se passe, ce qui ne se passe pas et ce qui pourrait se passer en Europe. Certains sont plus engagés que d’autres dans la solidarité avec les migrants – peut-être faut-il dire les «exilés» –, individuellement ou par l’intermédiaire d’une association, mais, en tant que citoyen européen, je pense que la question des migrants est une interpellation à laquelle il est impossible de se soustraire.

S’il y a quelque chose de nouveau, en comparaison avec les grèves de la faim des occupants de l’église Saint-Bernard en 1996, c’est l’européanisation – même si elle est manquée et si l’échelle locale demeure. Dans la perception que nous en avions et qu’en avaient les sans-papiers eux-mêmes, les interlocuteurs étaient l’État français et la société. Aujourd’hui, c&

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Etienne Balibar

Professeur émérite de philosophie de l'université Paris Nanterre, invité aux universités de Californie (Irvine) et de Kingston (Londres), il vient de publier Spinoza politique. Le transindividuel (Puf, 2018) et Libre parole (Galilée, 2018).

Dans le même numéro

Assistons-nous au triomphe de la xénophobie ? Les exilés ne sont plus les bienvenus dans notre monde de murs et de camps. Pourtant, certains font preuve de courage et organisent une contre-politique hospitalière. Ce dossier estival, coordonné par Fabienne Brugère et Guillaume le Blanc, invite à ouvrir le secours humanitaire sur un accueil institutionnel digne et une appartenance citoyenne réinventée.