Pablo Iglesias, 2014, source wikimedia
Dans le même numéro

Podemos après la Catalogne

En Catalogne, le duel entre Podemos, soutien de CatComú Podem, et Ciudadanos a cette fois tourné à l’avantage du parti d’Albert Rivera. En proie aux dissensions internes et à une image dégradée, le parti saura-t-il se relever sans se dissoudre ?

Les élections du 21 décembre 2017 en Catalogne[1], outre qu’elles ont reconduit au pouvoir les indépendantistes, ont été marquées par le recul de la gauche devant la droite. Même si elle est encore décisive pour donner aux indépendantistes la majorité au Parlament, la Cup (Candidature d’unité populaire) n’a pas bénéficié de ­l’indignation suscitée par les brutales répressions policières le 1er octobre 2017, le jour du référendum, et ses députés sont passés de dix à quatre. Des deux partis formant l’ancienne coalition indépendantiste Junts per si, c’est Junts per Cat (« Ensemble pour la Catalogne »), malgré sa politique d’austérité, que les électeurs ont (faiblement) préféré à la Gauche républicaine de Catalogne (Erc). Mais le plus surprenant a été le faible résultat de CatComú Podem[2] (7,46 % des voix et 8 députés) et le triomphe de Ciudadanos (25,35 % des voix et 36 députés), le parti d’Albert Rivera prenant ici une nette revanche sur le parti violet qui l’avait largement devanc&eac

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Hedwig Marzolf

Agrégée et docteur en philosophie, Hedwig Marzolf est professeur de philosophie au lycée français de Madrid. Elle est l’auteure de Libéralisme et religion (Cerf, 2013).

Dans le même numéro

Le terrorisme djihadiste pose une question de confiance à la démocratie. Comment comprendre que des jeunes soient séduits par cette idéologie et s’engagent dans la violence ? Quel rôle y joue la religion ? Le dossier, coordonné par Antoine Garapon, observe que les djihadistes sont bien les enfants de leur époque. À lire aussi dans ce numéro : Mai 68 en France et en Pologne, le populisme du mouvement 5 étoiles, une critique de l’Université, ainsi que des commentaires de l’actualité politique et culturelle.