Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Photo : Markus Spiske via Unsplash
Photo : Markus Spiske via Unsplash
Dans le même numéro

La justice et les tensions entre générations

Avec le changement climatique et la pandémie, on est conduit à se demander si un transfert plus juste des charges entre les générations est possible. Il semble qu’un basculement de la sensibilité orienté par le souci des générations à venir a commencé à s’opérer.

L’omniprésence de la menace terroriste a laissé place à celle de malheurs sans auteur : une Terre dévastée par le changement climatique en raison de l’accumulation des gaz à effet de serre et une population tétanisée par une maladie zoonotique. Ces malheurs mettent en cause les choix des générations récentes. Dans ce contexte, quels peuvent être les ressorts sur lesquels nous pouvons nous appuyer pour répondre à la massive réalité des maux du présent ? Quelle part de nos ressources, de notre insouciante liberté sommes-nous prêts à abandonner pour que survive l’essentiel ?

Un présupposé commun à la plupart des discours raisonnables est que nous sommes disposés à agir envers autrui avec une certaine dose d’altruisme. Rendre à qui vous a donné, s’obliger, coopérer, se faire vacciner, payer ses impôts… Les tensions s’accumulent autour de ces exigences dans un temps où la division des sociétés en Europe et en Amérique du Nord s’est approfondie avec l’élévation des inégalités de richesse et de revenu. Le sentiment d’une polarisation sociale des destins avec la pandémie de Covid-19 ressort sans équivoque des enquêtes récentes du Pew Research Center. Dans ce contexte, peut-on faire appel à une morale faite pour des « zombies raisonnables1 » ? Chacun peut se demander pourquoi il se départirait du bien et de la liberté dont il dispose. Pourtant, la circulation des dons au sein des sociétés a

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Hugues Lagrange

Sociologue, il vient de publier Les Maladies du bonheur (PUF, 2020). Ses travaux ont porté notamment sur la socialisation des jeunes, à travers des enquêtes  sur la violence, l'entrée dans la sexualité, l'usage des drogues, la prostitution, le décrochage scolaire et les récits familiaux de migration. Parmi ses publications précédentes : Les Adolescents, le sexe, l'amour. Itinéraires contrastés (Sy…

Dans le même numéro

En Ukraine et en Russie, le temps de la guerre

L’invasion de l’Ukraine en février 2022 a constitué un choc immense pour l’Europe et le monde. Elle s’inscrit néanmoins dans une forme de continuité, qui a vu le régime de Poutine se faire toujours plus répressif à l’intérieur de ses frontières, et menaçant à l’extérieur, depuis au moins 2008 et l’affrontement militaire en Géorgie, l’annexion de la Crimée en 2014 marquant une nouvelle étape dans cette escalade. Constitué en urgence en réaction au déclenchement de la guerre, le dossier de ce numéro interroge ses premières conséquences. De quelles manières les sociétés ukrainienne et russe font-elles face à la guerre ? Comment résister à la vaste opération de révisionnisme historique engagée par le régime de Poutine, dont témoigne la répression de toutes les sources indépendantes d’information, mais aussi de recherche et de connaissance ? En Ukraine, sur quelles ressources la résistance peut-elle compter ? En Russie, une opposition parviendra-t-elle à se constituer, malgré la chape de plomb qui s’est abattue sur le pays ? À lire aussi dans ce numéro : la justice entre les générations, le fascisme du dedans, la politique de Lévi-Strauss, la médecine contre les robots, une autre histoire de la racialisation et la naissance de l’écoféminisme.