Paul Ricœur | DR
Dans le même numéro

L'horrible, l'imprescriptible et l'admirable. Une relecture de la Mémoire, l'Histoire, l'Oubli de Paul Ricœur

Une relecture de la Mémoire, l’Histoire, l’Oubli de Paul Ricœur

Paru il y a dix ans, le livre de Paul Ricœur s’inquiétait des possibles « abus de mémoire » dans notre rapport à l’histoire. Cette préoccupation, problématique et souvent mal comprise, paraît encore plus pertinente aujourd’hui qu’il y a une décennie, à la lumière des querelles qui ont continué à se développer dans l’espace public sur les usages politiques du passé.

In memoriam

Claude Monod (1917-1945), colonel Ffi, mort à 28 ans

Les guerres du xxe siècle ne sont pas au premier plan dans la Mémoire, l’Histoire, l’Oubli. Elles sont cependant présentes, ou latentes, dans le propos d’ensemble du livre, et en particulier dans son « Épilogue », et elles sont explicitement nommées à plusieurs moments stratégiques du livre. La mémoire qui sous-tend l’ouvrage est une mémoire du xxe siècle européen, une mémoire marquée, notamment, par les guerres mondiales et par la Shoah. (Les problèmes historiographiques soulevés par la Shoah, déjà abordés dans Temps et récit

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Claude Monod

Philosophe, il s'intéresse en particulier aux rapports entre politique et religion, ainsi qu'à l'articulation entre démocratie et pouvoir, notamment dans l'interrogation qui est au coeur de son livre, Qu'est-ce qu'un chef en démocratie? Politiques du charisme (Paris, Seuil, 2012).

Dans le même numéro

A propos de la modernisation des commémorations

Pouvoir mourir et pouvoir tuer : questions sur l'héroïsme guerrier

La vie refigurée : Les Disparus de Daniel Mendelsohn

L'horrible, l'imprescriptible et l'admirable : relecture de Paul Ricoeur