Dans le même numéro

Les cinq piliers de la laïcité

novembre 2020

Pour Emmanuel Macron, la reconquête républicaine sur le séparatisme islamiste passe par un renforcement du contrôle de l’État sur l’islam. Quelles perspectives le discours présidentiel des Mureaux laisse-t-il entrevoir pour l'action politique en matière de laïcité ?

En 1905, il fallait séparer les Églises et l’État. En 2020, il s’agit d’empêcher un séparatisme, celui que voudraient instaurer les islamistes avec la République. Même si elle signale bien un changement d’époque et de société, la contradiction n’est qu’apparente, car c’est bien encore et toujours la domination du religieux sur le politique qu’il s’agit de combattre. Emmanuel Macron s’y est employé le 2 octobre, aux Mureaux dans les Yvelines, dans un discours très attendu par les milieux laïques de droite et de gauche, irrités et effrayés par les menaces que font peser sur la République les islamistes radicaux. La classe politique, surtout, fustigeait ou regrettait son silence, son « renoncement » sur le sujet « laïcité » et sa pratique prétendue de la « culture de l’excuse ». Quoi qu’il en soit des intentions réelles de ses adversaires, M. Macron a pris le taureau par les cornes et a eu des raisons de s’en féliciter ensuite, car les réactions ont été plutôt positives. Lui dont la dérive droitière est dénoncée par ailleurs, on l’a même parfois crédité d’avoir produit un « discours de gauche », tandis que d’autr

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

La récente vague de manifestations contre le racisme et les violences policières a montré qu’une partie de la jeunesse française a le sentiment d’étouffer. En choisissant de prêter attention à ce qu’elle exprime, on distingue d’abord une demande d’égalité et de justice : loin de constituer un défi aux principes républicains, celle-ci entend plutôt en actualiser l’héritage. À lire aussi dans ce numéro : l’unité européenne après la réunification allemande, le chemin du djihad, les cinq piliers de la laïcité, les pouvoirs de la Cour suprême et la rentrée littéraire.