Président de la République de Pologne Andrzej Duda. Inauguration du monument à Wojciech Korfanty à Varsovie. Photo : Kancelaria Sejmu / Rafał Zambrzycki, wikimédia, oct. 2019
Dans le même numéro

Pologne : Les paradoxes de l’élection présidentielle

septembre 2020

La campagne présidentielle de juillet 2020 en Pologne s’est conclue par la réélection du président sortant Andrzej Duda. Le scrutin a été marqué par un taux de participation très élevé et une crispation des débats autour de la question sociale.

Les paradoxes de l’élection présidentielle polonaise de juillet 2020 tiennent au contraste entre une campagne inéquitable et une mobilisation extraordinaire des électeurs des deux camps. Les taux de participation ont atteint des records (64,5 % au premier tour, 68 % au second) avec une forte participation de la jeunesse (64 % des 18-29 ans ont voté au second tour). Le président sortant, Andrzej Duda, candidat du parti Droit et Justice (PiS, nationaliste conservateur), a été réélu par 10,4 millions de votants, soit 51,3 % des suffrages, c’est-à-dire un pourcentage inférieur à ceux de ses prédécesseurs qui avaient bénéficié de taux de participation beaucoup plus faibles1. Son challenger, Rafał Trzaskowski, maire de Varsovie, candidat de la Plateforme civique (PO, libéral conservateur), n’a pas démontré qu’il pouvait fédérer toutes les oppositions démocratiques. Son score au premier tour (30,4 %) est inférieur aux résultats de son parti dans tous les premiers tours présidentiels depuis 2005, et au second tour, il n’a pas fait le plein des voix qu’il pouvait espérer. On note toutefois une meilleure répartition sur le territoire de ses soutiens, l’opposition E

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Yves Potel

Historien et politologue, spécialiste de l’Europe centrale (IEE – université de Paris 8), il a publié Les Disparitions d’Anna Langfus (Noir sur blanc, 2014).

Dans le même numéro

Selon ce dossier coordonné par Carole Desbarats et Emmanuel Laurentin, les institutions culturelles sont confrontées depuis quelques temps à des enjeux que l’épidémie de coronavirus a rendus plus aigus encore. Alors même que le confinement a suscité une forte demande de culture, beaucoup de ces institutions sont aujourd’hui face à un tournant. À lire aussi dans ce numéro : Trump contre l’Amérique, des élections par temps de pandémie et des jeunes sans bercail.