Dans le même numéro

Reprendre la parole à gauche

février 2008

#Divers

Le déficit de réflexion de la gauche se manifeste dans trois domaines : dans sa conception des partis politiques et de ce qu’ils peuvent apporter à la société ; dans son idée du changement social, désormais essentiellement défensive ; dans sa compréhension, largement négative, de la mondialisation. S’ils apprennent à ne plus se limiter aux outils de la redistribution et de l’intervention de l’État, les idées ne manqueront pas aux partis de gauche.

Pour la troisième fois consécutive, la gauche a perdu l’élection centrale du système politique français. Ce troisième échec peut à certains égards s’apparenter aux revers cuisants enregistrés par le parti travailliste britannique et à l’arrivée au pouvoir des conservateurs à partir de 1979 et pendant près de dix-huit ans. Mais comparaison n’est pas raison. Car même si la gauche française se situe à un étiage relativement bas et l’un des plus bas de son histoire, le Parti socialiste reste très présent. Sociologiquement, électoralement et territorialement son implantation ne s’est pas effondrée.

En réalité, si crise il y a, elle est avant tout de nature idéologique. Elle tient à l’i

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !