Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Anna Politkovskaïa | Photo DR
Dans le même numéro

Journalistes en Russie

octobre 2021

Quinze ans après l’assassinat d’Anna Politkovskaïa, le travail d’enquête et d’information devient toujours plus difficile en Russie. Malgré les abus et les violences du Kremlin, quelques journalistes poursuivent avec courage son indispensable combat.

En mémoire d’Anna Politkovskaïa

Anna Politkovskaïa a été assassinée le samedi 7 octobre 2006 dans l’ascenseur de son immeuble à Moscou, près de la gare de Biélorussie1. Trois balles. Elle rentrait chez elle, chargée des courses d’alimentation pour la semaine. Elle avait 48 ans. Le même jour, Vladimir Poutine fêtait son 54e anniversaire. Les commanditaires du meurtre n’ont pas été inquiétés.

La journaliste connaissait l’élite russe actuelle, elle appartenait à leur génération : une génération qui naît dans l’URSS khrouchtchévienne, devient « post-soviétique » à la trentaine, « poutinisée » à la cinquantaine, et se sent aujourd’hui angoissée à l’orée d’un troisième âge incertain.

En quinze ans, la corruption et la brutalité des dirigeants se sont considérablement accrues. Comme l’annonçait Anna Politkovskaïa dans ses écrits, la violence déchaînée par la guerre russe en Tchétchénie s’est propagée bien au-delà du Caucase. Anna anticipait une dégradation continue dans toute la Russie tant que Vladimir Poutine et ses hommes se maintiendraient au pouvoir par la force des armes, de l’argent du pétrole et d’une parfaite impunité. Cependant, elle ne pouvait pas à l’époque concevoir la défaite totale des institutions publiques et du droit, les guerres russes en Géorgie et en Ukraine, ou le déclin économique et social (jusqu’en 2008, l

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Marie Mendras

Politologue, Marie Mendras est chercheure au CNRS et au Centre de Recherches Internationales de Sciences Po, où elle enseigne. Elle est spécialiste de la Russie, de l’Ukraine et des relations Europe-Russie. Elle travaille sur le système politique et les élites russes, ainsi que sur les conflits menés par Moscou hors de ses frontières. Marie Mendras a rempli de nombreuses missions d’observation…

Dans le même numéro

La publication du rapport Duclert a réouvert le débat sur les responsabilités du gouvernement, de la diplomatie et de l’armée françaises dans le génocide des Tutsi au Rwanda. À partir d’une lecture de ce rapport, le présent dossier propose de réfléchir à ce que nous avons appris, dans les vingt-cinq ans qui nous séparent des faits, sur l’implication de la France au Rwanda. Quelles leçons peut-on tirer des événements, mais aussi de la difficulté, dans les années qui ont suivi, à s’accorder sur les faits et à faire reconnaitre la vérité historique ? Quels constats cette histoire invite-t-elle sur le partage des responsabilités entre autorités politiques et militaires, sur les difficultés inhérentes aux opérations extérieures, notamment en Afrique, et enfin sur le bilan de ces interventions, au moment où la France choisit de réduire sa présence au Sahel ? Au-delà du seul cas français, l’échec de la communauté internationale à prévenir le génocide rwandais invite en effet à repenser le cadre des interventions armées sur les théâtres de conflits et de guerres. À lire aussi dans ce numéro : l’avenir de l’Afghanistan, djihadisme et démocratie, gouverner le trottoir, à qui profite le crime ?, le retour à Rome d’Hédi Kaddour et le carnaval Belmondo.