Photo : Christian Wiediger
Dans le même numéro

Les faux-semblants de la souveraineté européenne

mai 2019

La souveraineté européenne n’est rien d’autre que la puissance de marché de l’Union, accréditant l’idée que la souveraineté nationale n’est plus. Les discours qui s’appuient sur elle négligent la légitimité politique de l’Union et la thématique nécessaire de la démocratie européenne.

« Toute chose qui excède ses limites

Change un jour en son contraire. »

 Mahmoud Darwich, Murale

Emmanuel Macron figure assurément comme l’un des dirigeants français qui aura porté l’Europe avec le plus de pugnacité et de sincérité. Il inscrit ainsi ses pas dans ceux de Valéry Giscard d’Estaing et de François Mitterrand, mais avec l’aplomb de la génération Erasmus, pour qui l’Europe n’est plus un combat, mais une évidence. Quand Nicolas Sarkozy eut l’idée protocolaire d’adjoindre le drapeau européen à son portrait officiel, Emmanuel Macron fit jouer l’Ode à la joie dans la cour Napoléon du Louvre, le soir de son élection, pour accompagner sa marche étrange sous l’ombre de la Pyramide, dans le triple horizon de l’Obélisque, de l’Arc de triomphe et de la tour Eiffel – avant La Marseillaise. Ce soir-là, Paris devenait la capitale hugolienne des États-Unis d’Europe.

L’Europe est dans l’Adn de La République en marche. Derrière le « dégagisme » par le centre, elle fut le véritable terme de ralliement du centre-­gauc

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Nicolas Leron

Chercheur associé au Cevipof (Sciences Po), fondateur du think tank EuroCité, il est l’auteur, avec Michel Aglietta, de La Double Démocratie (Seuil, 2017).

Dans le même numéro

Loin d’être neutres, les entreprises technologiques de la Silicon Valley portent un véritable projet politique. Pour les auteurs de ce dossier, coordonné par Emmanuel Alloa et Jean-Baptiste Soufron, il consiste en une réinterprétation de l’idéal égalitaire, qui fait abstraction des singularités et produit de nouvelles formes d’exclusions. Ce projet favorise un capitalisme de la surveillance et son armée de travailleurs flexibles. À lire aussi dans ce numéro : perspectives, faux-semblants et idées reçues sur l’Europe, le génocide interminable des Tutsi du Rwanda et un entretien avec Joël Pommerat.