Photo : Frederic Köberl
Dans le même numéro

Pour une véritable citoyenneté européenne

Aujourd’hui dans l’Union Européenne, est citoyen européen quiconque est citoyen d’un pays membre de l’Union. Pourtant l’Union aurait tout à gagner à construire une citoyenneté à part entière, plus large que la citoyenneté des pays membres, faite de droits et de devoirs « européens ».

Dans son allocution à la Sorbonne le 26 septembre 2017 comme dans son discours devant le Parlement européen le 17 avril 2018, Emmanuel Macron a appelé au renouveau de la politique européenne et à défendre la souveraineté de l’Europe. Au travers des exemples cités dans ses déclarations, relatifs à la défense, à la sécurité, au contrôle des migrations, à l’économie numérique ou au changement climatique, on comprend ce que le chef de l’État entend par souveraineté : une maîtrise, une autonomie et un rayonnement permettant à l’Europe et à ses peuples de faire face aux grandes migrations, à l’insécurité planétaire, aux transformations économiques, sociales et environnementales. Cette souveraineté – politique, économique, commerciale, climatique, énergétique, sanitaire et alimentaire, numérique, sociale – donnerait plus de contrôle sur une situation qui dépasse les frontières physiques, culturelles et politiques des États membres ; elle impliquerait un déplacement de ce contrôle vers les frontières extérieures de l’Union.

La souveraineté à retrouver ou à fonder ne serait pas «la dilution

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements ; ou si vous avez déjà un abonnement, vous pouvez vous connecter ici.

Noël Chahid-Nouraï

Avocat associé et directeur du département de droit public du bureau parisien du cabinet Orrick, Noël Chahid-Nouraï est également président du Comité d’orientation stratégique de la European School of Law.

Philippe Cayla

Président d’Euronews Development et membre du conseil de surveillance d’Euronews, Philippe Cayla a créé et préside l’association Européens Sans Frontières.

Dans le même numéro

Le terrorisme djihadiste pose une question de confiance à la démocratie. Comment comprendre que des jeunes soient séduits par cette idéologie et s’engagent dans la violence ? Quel rôle y joue la religion ? Le dossier, coordonné par Antoine Garapon, observe que les djihadistes sont bien les enfants de leur époque. À lire aussi dans ce numéro : Mai 68 en France et en Pologne, le populisme du mouvement 5 étoiles, une critique de l’Université, ainsi que des commentaires de l’actualité politique et culturelle.