Dans le même numéro

Quand James Bond ressent la violence du crime

novembre 2009

#Divers

Le metteur en scène Sydney Lumet (1924-2009) à qui l’on doit Un après-midi de chien (prise d’otage dans une banque), Network (sur la télévision), Serpico (sur la corruption policière) est mort l’été dernier. Tardivement, on lui a reconnu la place qu’il mérite, sans prétexter de ses ratés ou de réalisations inégales, mais il est indéniable que la génération qui a suivi, celle des Coppola, Palma, Scorsese lui a fait de l’ombre. Si l’on excepte l’ouvrage de J. B. Thoret1, Sydney Lumet a été injustement oublié de l’histoire du cinéma voire tenu pour un réalisateur secondaire. Mais la réédition en Dvd, grâce à la collection « Introuvables », de The Offence permet de remédier à cette situation2. The Offence naît de la rencontre entre un comédien déjà mythique, Sean Connery, et d’un metteur en scène venu de la télévision et du théâtre, Sydney Lumet, avec lequel il avait déjà réalisé La colline des hommes perdus en 1965 et Le gang Anderson en 1970.

À l’époque Sean Connery, comédien d’une grande intelligence qui a joué des personnages « décalés » avant ou parallèlement

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Olivier Mongin

Directeur de la revue Esprit de 1989 à 2012   Marqué par des penseurs comme Michel de Certeau, qui le pousse à se confronter au structuralisme et l'initie aux problématiques de la ville et aux pratiques urbaines, Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, les animateurs du mouvement Socialisme ou Barbarie, qui lui donnent les outils à la fois politiques et philosophiques de la lutte…

Dans le même numéro

Une crise qui dépasse l'économie
A la recherche d'un modèle de croissance
Transformations et diversités du capitalisme
Chine, Inde, Russie : la crise vue d'ailleurs
L'effondrement immobilier et l'avenir des villes
Vrais et faux procès du savoir économique