Pierre-Yves Beaudouin / Wikimedia Commons
Dans le même numéro

La révolution des femmes

octobre 2019

Une révolution est en cours, dont le spectacle du football féminin, le mouvement #MeToo et les manifestations contre les violences faites aux femmes sont les signes sensibles.

En juin 2019, dans les rues de Paris, derrière une vitrine, ma vision périphérique capte de biais les luminosités agitées d’un double rectangle, celui, toujours bleuté, de l’écran de la télé, et, dedans, celui, vert, d’un stade de foot où bougent follement des corps humains. Un match de foot est un spectacle immédiatement reconnaissable sur l’écran et dans le monde entier[1]. Ici, éloigné par la vitrine, flouté par mon indifférence et mon incompétence sur le sujet, il devient le blason d’un stéréotype majeur, celui d’un jeu viril et mondialement populaire dans nos sociétés contemporaines. Comme contrainte à la voracité visuelle, ma réception est d’emblée plus esthétique que technique, quand un cirque étrange est censé être l’emblème de notre contemporanéité. Aux côtés d’un clochard qui s’y connaît et de quelques autres, je visionne… Quelque chose me trouble, qui touche l’ensemble du tableau : tout est comme d’habitude, et rien n’est pareil, car il s’agit d’équipes féminines ! C’est une différence subtile et formelle, mais qui touche toutes les lignes du dessin, qui change

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Véronique Nahoum-Grappe

Véronique Nahoum-Grappe est anthropologue et ethnologue. Elle a travaillé sur la violence, les rapports entre les sexes, la dépendance (notamment l'alcool, voir son livre Vertiges de l'ivresse. Alcool et lien social, Descartes et Cie, 2010). Tout en s'intéressant aux lieux de violence et de privation de liberté (camps de réfugiés en ex-Yougoslavie, prisons...), elle ausculte également les petits…

Dans le même numéro

À mi-mandat du quinquennat d’Emmanuel Macron, le dossier diagnostique une crise de la représentation démocratique. Il analyse le rôle des réseaux sociaux, les mutations de l’incarnation politique et les nouvelles formes de mobilisation. À lire aussi dans ce numéro : Jean-Luc Nancy sur l’Islam, Michael Walzer sur l’antisionisme et François Dubet sur la critique de la sélection.