Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

New York en 1950 | Flickr
Dans le même numéro

L’écriture du monde. Albert Camus, l’Amérique et la mer

Dans ses Journaux de voyage, Camus emmène ses lecteurs vers des « pays de liberté ». Cette écriture du monde témoigne d’une attention à la vie, dont la mer est le symbole sensible.

Il y a soixante ans disparaissait Albert Camus dans l’accident de voiture qui coûta la vie également à son ami Michel Gallimard, tandis que Janine et Anne Gallimard en sortirent indemnes. Cette existence brisée par un fléau moderne, qui allait révéler, décennie après décennie, son caractère massif et implacable, sembla figer l’écrivain dans l’inachèvement indépassable de son œuvre. Pourtant, par la volonté de sa femme Francine Camus, puis de ses enfants Jean et Catherine, et grâce au soutien de son principal éditeur, Gallimard, des écrits majeurs furent révélés et édités après sa mort, contribuant à faire vivre une figure de son temps comme du nôtre. Ces éditions posthumes concernaient d’abord ses « cahiers », comme il dénommait ce journal intime, politique et littéraire tenu dès sa prime jeunesse à Alger et auquel le public put accéder à partir de 1962 dans la célèbre collection «  Blanche  » sous le titre de Carnets[1]. Suivirent en 1978, à l’initiative de Roger Quilliot, l’édition des Journaux de voyage, appendice des « cahiers », composés lorsqu’Albert Camus voyagea en Amérique du Nord (1946) et en Amérique du Sud (1949), l’amenant à des traversées transatlantiques qui l’inspirèrent beaucoup[2]. En 1994, ce fut l’événement de la révélation du Premier Homme, un manuscrit sur leq

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Vincent Duclert

Vincent Duclert, historien, chercheur titulaire au Cntre Raymond Aron (CESPRA, EHESS-CNRS) et enseignant à Sciences Po, est notamment l’auteur de L’affaire Dreyfus (La Découverte, 4e éd. 2018) et Comprendre le génocide des Arméniens (avec Hamit Bozarslan et Raymond H. Kevorkian, Tallandier, 2015, 3e édition 2020). Il a récemment publié Les génocides (CNRS Éditions, 2019), Camus. Des pays de

Dans le même numéro

Peut-on sortir de diagnostics rapides et univoques dès lors qu'il est question de populisme ? Si le mot est partout, sa définition et les jugements qu'il invite sont rarement mis en débat. En s'appliquant à redonner au populisme une profondeur historique, culturelle et théorique, ce dossier, coordonné par Arthur Borriello et Anton Jaëger, demande ce que ce phénomène révèle des dysfonctionnements de la démocratie. À lire aussi dans ce numéro : Notre-Dame dans la littérature, le rapport entre langage et vérité et les voyages d’Albert Camus.