Notes de lecture

Dans le même numéro

L’affolement du monde de Thomas Gomart

janv./févr. 2020

Pour le directeur général de l’Institut français des relations internationales (Ifri), il s’est opéré un retournement du risque géopolitique au cours de la dernière décennie. Les États-Unis et l’Union européenne sont devenus des sources d’incertitude alors que, par un effet de contraste trompeur, des régimes autoritaires comme la Chine et la Russie représentent la stabilité et la cohérence. Cette modification du rapport de force entre régimes démocratiques et régimes autoritaires ouvre un débat sur le lien entre la nature des régimes, leur légitimité et leur efficacité.

L’affolement actuel s’explique par trois causes principales. Et d’abord par la fin du mythe de la convergence selon lequel la Chine, puis la Russie, se plieraient aux règles occidentales de la mondialisation et ­s’efforceraient d’être fidèles aux critères démocratiques essentiels. Or c’est précisément contre la prétention à l’universalité de ces règles que ces pays s’insurgent. Moscou a opéré son retour sur la scène mondiale à l’aide de son instrument militaire profondément rénové et de sa diplomatie qui se déploie à nouveau sur to

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Tallandier, 2019
320 p. 20,5 €

Eugène Berg

Eugène Berg, né le 23 septembre 1945, est un essayiste et diplomate français. Spécialiste de la Russie et du Pacifique, il a notamment publié Non-alignement et nouvel ordre mondial (1980).

Dans le même numéro

L'universel est à nouveau en débat : attaqué par les uns parce qu'il ne serait que le masque d'une prétention hégémonique de l'Occident, il est défendu avec la dernière intransigeance par les autres, au risque d'ignorer la pluralité des histoires et des expériences. Ce dossier, coordonné par Anne Dujin et Anne Lafont, fait le pari que les transformations de l'universel pourront fonder un consensus durable : elles témoignent en effet de l'émergence de nouvelles voix, notamment dans la création artistique et les mondes noirs, qui ne renoncent ni au particulier ni à l'universel. À lire aussi dans ce numéro : la citoyenneté européenne, les capacités d'agir à l'ère numérique, ainsi que les tourmentes laïques, religieuses, écologiques et politiques.