Notes de lecture

Dans le même numéro

Le temps des prédateurs de François Heisbourg

La Chine, les États-Unis, la Russie et nous

janv./févr. 2021

Si l’auteur, spécialiste renommé de la géopolitique et des questions de défense, conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique, emploie l’expression « nous », ce qui signifie en vérité l’Europe, c’est que, dit-il, dans le milieu éditorial, le terme « Europe » fait figure de repoussoir, signifiant des ventes réduites (il intitule son dernier chapitre « L’Europe : un mot qui tue ? »). Le sujet du livre est bien de passer au crible les politiques offensives tous azimuts, menées par les trois grands « prédateurs », aux visées impériales non dissimulées.

À tout seigneur tout honneur, le premier d’entre eux reste les États-Unis, même si en parité de pouvoir d’achat, le PIB de la Chine a dépassé celui des États-Unis. Les dépenses de défense des États-Unis, qui ont dépassé les 700 milliards, sont encore près de trois fois plus importantes que celles de la Chine. Washington dispose de centaines de bases à l’étranger, ce qui n’est pas le cas de Pékin. Surtout, le dollar représente 62 % des réserves de change mondiales, assure 52 % des facturations commerciales internationales mais 88 % du marché des chan

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Odile Jacob, 2020
240 p. 22,9 €

Eugène Berg

Eugène Berg, né le 23 septembre 1945, est un essayiste et diplomate français. Spécialiste de la Russie et du Pacifique, il a notamment publié Non-alignement et nouvel ordre mondial (1980).

Dans le même numéro

Les femmes sont au cœur de nombreux mouvements sociaux à travers le monde. Au-delà de la vague #MeToo et de la dénonciation des violences sexuelles, elles étaient nombreuses en tête de cortège dans le soulèvement algérien du Hirak en 2019 ou dans les manifestations contre le président Loukachenko en Biélorussie en 2020. En France, leur présence a été remarquée parmi les Gilets jaunes et dans la mobilisation contre le dernier projet de réforme des retraites. Dans leur diversité, les mouvements de femmes témoignent d’une visibilité et d’une prise de parole accrues des femmes dans l’espace public, de leur participation pleine et entière aux débats sur l’avenir de la cité. À ce titre, ils consacrent l’existence d’un « sujet politique féminin ».