Notes de lecture

Dans le même numéro

Les opérations extérieures de la France sous la dir. de Julian Fernandez et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer

Préface du général Henri Bentégeat

janv./févr. 2021

Depuis la fin de la guerre d’Algérie, les armées ont été régulièrement engagées à l’extérieur du territoire national dans des opérations d’une ampleur variable, décidées au sommet de l’État sans véritable contrôle parlementaire. Dans la mesure où ces interventions, dénommées « OPEX », ne mettent en jeu que des unités professionnalisées, elles ont été acceptées par la population. Peut-on dire pour autant que celle-ci y voyait le prix à payer pour maintenir la « grandeur de la France », objectif inspiré par le fondateur de la Ve République ?

Longtemps circonscrites au « pré carré » de nos anciennes colonies africaines, elles ont commencé au Tchad dès 1968, puis ont connu une forte extension après la dissolution du pacte de Varsovie. De manière générale, par respect du droit international, la France ne s’engage que sous la bannière de l’ONU. Ce fut le cas dans le Golfe en 1990 et en Somalie en 1992. Par la suite, la « responsabilité de protéger », introduite par la France sous l’impulsion de Bernard Kouchner, érigée en principe en 2005 par l’Assemblée générale

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
CNRS Éditions, 2020
334 p. 10 €

Eugène Berg

Eugène Berg, né le 23 septembre 1945, est un essayiste et diplomate français. Spécialiste de la Russie et du Pacifique, il a notamment publié Non-alignement et nouvel ordre mondial (1980).

Dans le même numéro

Les femmes sont au cœur de nombreux mouvements sociaux à travers le monde. Au-delà de la vague #MeToo et de la dénonciation des violences sexuelles, elles étaient nombreuses en tête de cortège dans le soulèvement algérien du Hirak en 2019 ou dans les manifestations contre le président Loukachenko en Biélorussie en 2020. En France, leur présence a été remarquée parmi les Gilets jaunes et dans la mobilisation contre le dernier projet de réforme des retraites. Dans leur diversité, les mouvements de femmes témoignent d’une visibilité et d’une prise de parole accrues des femmes dans l’espace public, de leur participation pleine et entière aux débats sur l’avenir de la cité. À ce titre, ils consacrent l’existence d’un « sujet politique féminin ».