Notes de lecture

Dans le même numéro

Aux racines de l’anthropocène de Michel Magny

avril 2020

C’est peu dire que la question de l’anthropocène fait figure de nouvelle grande peur. Elle interroge le devenir de l’humanité.

Depuis leur apparition, les hommes ont méthodiquement aménagé et pesé sur les milieux naturels dans lesquels ils évoluaient. Ce furent d’abord les activités des chasseurs collecteurs, puis les révolutions du néolithique. Vinrent ensuite les bouleversements majeurs survenus avec l’invention de la machine à vapeur (1784) et la révolution industrielle, et leur formidable accélération depuis les années 1950. En 2000, le chimiste néerlandais Paul Josef Crutzen a forgé le mot « ­anthropo­cène » pour désigner ce nouveau moment social-historique où «l’influence de l’homme sur la Terre, les écosystèmes qu’elle abrite, et l’atmosphère est devenue elle-même une véritable force géo­logique». C’est peu dire que la question de l’anthropocène fait figure de nouvelle grande peur. Elle interroge le devenir de l’humanité.

C’est au cœur de ces débats que s’inscrit l’ouvrage du paléo-­climatologue Michel Magny, dans lequel il parcourt méthodiquement «l’histoire de l’anthropos». Il poursuit ses réflexions par une mise au point rigo

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Le Bord de l’eau, 2019
386 p. 24 €

Gilles Bataillon

Gilles Bataillon est sociologue, spécialiste de l'Amérique latine contemporaine. Il est directeur d'études à l'EHESS. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Genèse des guerres internes en Amérique centrale (Belles lettres, 2003), Passions révolutionnaires : Amérique latine, Moyen-Orient, Inde (EHESS, 2011) et Violence politique en Amérique latine (Du Felin Eds, 2019). …

Dans le même numéro

Peut-on sortir de diagnostics rapides et univoques dès lors qu'il est question de populisme ? Si le mot est partout, sa définition et les jugements qu'il invite sont rarement mis en débat. En s'appliquant à redonner au populisme une profondeur historique, culturelle et théorique, ce dossier, coordonné par Arthur Borriello et Anton Jaëger, demande ce que ce phénomène révèle des dysfonctionnements de la démocratie. À lire aussi dans ce numéro : Notre-Dame dans la littérature, le rapport entre langage et vérité et les voyages d’Albert Camus.