Notes de lecture

Dans le même numéro

Les hypothèses infinies. Journal 1936-1962 d'Albert Memmi

Édition de Guy Dugas

juil./août 2021

Ce premier volume du Journal d’Albert Memmi constitue, par-delà la personnalité riche de l’homme et l’écrivain d’exception, une formidable spectrographie de la première moitié du xxe siècle et des contradictions de l’époque contemporaine (l’antisémitisme et le racisme, le fanatisme religieux, les ambiguïtés de la gauche française, etc.).

Celui qui se déclare « ni tout à fait colonisé ni tout à fait colonisateur. En porte-à-faux » considère que le colonisé et le colonisateur se construisent l’un l’autre par un jeu d’interactions dans le contexte du Maghreb des années 1950. Il analyse la psychologie qui prévaut dans les situations de domination et interroge les fidélités multiples, l’écartèlement entre plusieurs mémoires, la dialectique de l’enracinement et du déracinement.

Un Journal ne peut tout à fait répondre à la question « Qui suis-je ? ». Le moi réel est trop fragmenté, disséminé entre des possibles souvent contradictoires. La tentation est grande d’y substituer un moi fictionnel, celui du roman, comme dans La Statue de sel (1953) ou bien Agar, deux années plus tard. « Voici ce que je suis : un Juif tunisien de culture française et de gauche. » Dans La Statue de sel, publié avant l’indépendance de la Tunisie, il se reconnaît, lui né d’un père bourrelier juif italien et d’une mère berbère analphabète, écrivain français juif de Tunisie, mais refuse d’être enfermé dans une qu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
CNRS Éditions, 2020
1408 p. 45 €

Guy Samama

Professeur agrégé de philosophie, directeur de la rédaction de la revue Approches.

Dans le même numéro

Nos attentes à l’égard de la littérature ont changé. Autant qu’une expérience esthétique, nous y cherchons aujourd’hui des ressources pour comprendre le monde contemporain, voire le transformer. En témoigne l’importance prise par les enjeux d’écologie, de féminisme ou de dénonciation des inégalités dans la littérature de ce début du XXIe siècle, qui prend des formes renouvelées : le « roman à thèse » laisse volontiers place à une littérature de témoignage ou d’enquête. Ce dossier, coordonné par Anne Dujin et Alexandre Gefen, explore cette réarticulation de la littérature avec les questions morales et politiques, qui interroge à la fois le statut de l’écrivain aujourd’hui, les frontières de la littérature, la manière dont nous en jugeons et ce que nous en attendons. Avec des textes de Felwine Sarr, Gisèle Sapiro, Jean-Claude Pinson, Alice Zeniter, François Bon.