Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Réconcilier la France. Une histoire vécue de la nation de Jean Daniel, avec Benoît Kanabus

Préface d’Emmanuel Macron

juil./août 2022

Au cœur de ce livre posthume, on trouve la nation, « parce qu’elle est à mi-chemin entre le rêve d’Achille et le rêve d’Ulysse ». Mais la nation sans le nationalisme, semeur de guerres, car il est « dans la nature de la nation dans sa dimension démocratique de s’intégrer dans un ensemble qui la dépasse sans la dissoudre ». Il se dégage du livre une « certaine idée de la France » (Jean Daniel nourrissait une profonde admiration pour le général de Gaulle) : une France multiculturelle, apte à construire un roman national respectueux de l’histoire, accueillante pour les immigrés et les étrangers, mais ferme sur les principes. « Nous avons toujours eu besoin des étrangers. Ce sont eux qui n’ont pas cessé de faire la France, mais curieusement sans s’écarter d’une sorte de dessein providentiel. Car les étrangers étaient accueillis comme individus et non comme communautés. » Jean Daniel ne pardonnait pas à la gauche, sa famille politique, d’avoir abandonné la nation, l’intégration et la laïcité à la droite et aux extrêmes, « autant dire d’avoir renié la Révolution, Jaurès et Blum ». Devant les guerres de la mémoire et de l’identité, avec leurs menaces de désintégration, il a cherché à protéger un sentiment national, à la condition qu’il soit universaliste. La nation, matrice d’une appartenance à une communauté, est en effet le meilleur rempart contre le nationalisme crispé et les égoïsmes nationaux.

L’Observatoire, 2021
592 p. 24 €

Guy Samama

Professeur agrégé de philosophie, directeur de la rédaction de la revue Approches.

Dans le même numéro

Faire corps

La pandémie a été l’occasion de rééprouver la dimension incarnée de nos existences. L’expérience de la maladie, la perte des liens sensibles et des repères spatio-temporels, le questionnement sur les vaccins, ont redonné son importance à notre corporéité. Ce « retour au corps » est venu amplifier un mouvement plus ancien mais rarement interrogé : l’importance croissante du corps dans la manière dont nous nous rapportons à nous-mêmes comme sujets. Qu’il s’agisse du corps « militant » des végans ou des féministes, du corps « abusé » des victimes de viol ou d’inceste qui accèdent aujourd’hui à la parole, ou du corps « choisi » dont les évolutions en matière de bioéthique nous permettent de disposer selon des modalités profondément renouvelées, ce dossier, coordonné par Anne Dujin, explore les différentes manières dont le corps est investi aujourd’hui comme préoccupation et support d’une expression politique. À lire aussi dans ce numéro : « La guerre en Ukraine, une nouvelle crise nucléaire ? »,   « La construction de la forteresse Russie », « L’Ukraine, sa résistance par la démocratie », « La maladie du monde », et « La poétique des reliques de Michel Deguy ».