Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Tous en ligne ! Vivre à l’heure de l’hyperconnexion de Bertrand Naivin avec Mélanie Georgelin

mai 2022

Bertrand Naivin analyse notre « tech-sistance », prenant acte du fait que « le numérique s’impose toujours plus dans notre quotidien ». Quelles sont les conséquences de cette vie connectée sur le corps, l’âme (via l’école, la psychothérapie et l’art) et l’esprit ? Qu’est-ce qu’on y gagne et qu’est-ce qu’on y perd ? L’hyperconnexion sécurise le corps « selon une logique néolibérale de l’optimisation de l’intime », le place en état de « lévitation numérique ». L’individu connecté est assigné à résidence : on « ne veut plus sortir de chez soi, tant sur le plan physique que psychologique ». Quant à la religion, source d’extase possible, elle n’est plus qu’une application pour smartphone parmi d’autres. Ainsi, les technologies numériques participent à la création d’un « nouveau monstre totalitaire ». L’auteur met en garde contre le risque de perdre pied et encourage ses lecteurs à « retrouver la terre ferme ».

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Hermann, 2020
136 p. 22 €

Jonathan Chalier

Rédacteur en chef adjoint de la revue Esprit, chargé de cours de philosophie à l'École polytechnique.

Dans le même numéro

Patrimoines contestés

Depuis la vague de déboulonnage des statues qui a suivi l’assassinat de George Floyd, en mai 2020, la mémoire et le patrimoine sont redevenus, de manière toujours plus évidente, des terrains de contestation politique. Inscrire ces appropriations de l’espace urbain dans un contexte élargi permet d’en comprendre plus précisément la portée : des manifestations moins médiatisées, comme l’arrachement de la statue d’un empereur éthiopien en Grande-Bretagne, ou touchant à des strates d’histoire inattendues, comme la gestion de la statuaire soviétique, participent d’une même volonté de contester un ordre en dégradant ses symboles. Alors qu’une immense statue célébrant l’amitié russo-ukrainienne vient d’être démontée à Kiev, le dossier de ce numéro, coordonné par Anne Lafont, choisit de prendre au sérieux cette nouvelle forme de contestation, et montre que les rapports souvent passionnés que les sociétés entretiennent avec leur patrimoine ne sont jamais sans lien avec leur expérience du conflit. À lire aussi dans ce numéro : l’histoire, oubli de l’inconscient ?, le prix de l’ordre, pour une histoire européenne, les femmes dans l’Église, les réfugiés d’Ukraine et nos mélancolies secrètes.