Photo de John-Mark Smith
Flux d'actualités

20 livres lus par Esprit en 2020

par

Esprit

décembre 2020

Parmi les livres dont Esprit a rendu compte en 2020, en voici vingt qui ont particulièrement retenu notre attention. Essais de philosophie, de sciences sociales, romans ou poésie, tous nous ont donné à penser et ont contribué à éclairer, sous des angles multiples, notre présent.

 
   

Ivan Illich. L’homme qui a libéré l’avenir de Jean-Michel Djian

Recension de Jean-Pierre Dupuy

« Ce qu’Illich a accompli et qui reste plus valable que jamais fut de produire l’une des plus puissantes critiques de l’économie politique et cela, parce qu’il comprit que l’économie remplit le rôle que le sacré jouait dans les sociétés traditionnelles. »


   

La société d’exposition. Désir et désobéissance à l’ère numérique de Bernard E. Harcourt

Recension de Philippe Pédrot

« Par le désir de paraître, de s’exposer au regard d’autrui, cette nouvelle transparence, beaucoup plus insidieuse, indolore, quasiment invisible vient des individus eux-mêmes. »


   

Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov

Recension de Benjamin Tainturier

« Boulgakov n’écrit pas avec Dostoïevski, Gogol ou Pouchkine, il écrit depuis eux. Par là, cette nouvelle traduction donne à voir un autre pan, occulté jusqu’alors, du génie subversif de Boulgakov. »


   

Histoire de la fatigue. Du Moyen Âge à nos jours de Georges Vigarello

Recension d'André Rauch

« Notre siècle est marqué par le souci de capter les messages internes de la fatigue : sentir, c’est savoir. Après le surmenage et la neurasthénie, la pénibilité au travail, les fatigues nées de résistances intimes entrent dans le vocabulaire avec des mots qui traversent les corps et les esprits. »


   

Camus, des pays de liberté de Vincent Duclert

Recension de Jean-Marie Glé

« Camus est maintenant abondamment cité. Les professeurs de lettres et de philosophie aiment l’enseigner. Mais dès lors, ne risque-t-on pas de faire de l’écrivain-philosophe une icône, une idole, voire une statue ? »


   

Étoiles vagabondes de Sholem Aleykhem

Recension de Sylvie Bressler

« Sholem Aleykhem excelle à rendre sensible ce qui donne son souffle et sa raison d’être au théâtre yiddish, à la musique, à l’opéra. En émerge un appel enivrant vers un quotidien à dépasser, un ailleurs à inventer, une liberté à conquérir. »


   

Nous ne savons plus croire de Camille Riquier

Recension de Sophie Galabru

« Le lecteur est invité à faire le point sur ses actes de foi, à regarder son histoire et celle de l’Occident, à vérifier combien la croyance n’a jamais été aussi proche et lointaine de lui. »


   

Les droits de l'homme rendent-ils idiots ? de Justine Lacroix et Jean-Yves Pranchère

Recension de Émeric Travers

« La démocratie sans droits n’est pas une démocratie. La volonté majoritaire des électeurs n’est qu’une conséquence de ces critères premiers que sont l’égalité des droits et la liberté de tous. »


   

Les services compétents d'Iegor Gran

Recension d'Agnès Louis

« Les Services compétents permet d’abord de se figurer ce que fut "le totalitarisme sans Staline" et témoigne du fait que la liberté gît toujours cachée sous la masse du pouvoir totalitaire. »


 
   

La paix avec les morts de Rithy Panh et Christophe Bataille

Recension de Jean-Louis Schlegel

« Un parcours effroyable à travers les lieux, les espaces, les temps, les témoins, les images et les cauchemars du crime de masse auquel Rithy Panh a assisté enfant, gens de rien dont la disparition scellera l’oubli provisoire du massacre, mais peut-être pas la paix avec les morts. »


   

Pierre Vidal-Naquet. Une vie de François Dosse

Recension de Serge Cordellier

« Pierre Vidal-Naquet fut un maître d’éthique et d’engagement pour deux, voire trois générations un lanceur d’alerte et un éveilleur très entreprenant autour de causes qu’il estimait justes. »


   

Le monde des nouveaux autoritaires sous la dir. de Michel Duclos

Recension de Joël Hubrecht

« Au-delà de l’exercice descriptif, l’ouvrage permet d’envisager des pistes d’action pour affaiblir, sinon mettre fin à la tentation d’un « autoritarisme modernisé », toujours très vive, y ­compris en France. »


   

Pain perdu de Guy Gofette

Recension de Nicolas Dutent

« Le poète réunit à la table du présent des poèmes dispersés par le vent, balayés par le temps. Il a récolté la poussière, rassemblé les miettes (merveilleuses), ordonné ce rien décisif que nous appelons poésie. »


   

Une contre-révolution catholique de Yann Raison du Cleuziou

Recension de Jean-Louis Schlegel

« C’est l’histoire des cathos de droite "conservateurs " en matière sociale et sociétale qui est ici racontée. C’est la "théologie politique" de ces chrétiens qui en fait l’intérêt. »


   

Le pont de Bezons de Jean Rolin

Recension de Marc-Olivier Padis

« Jean Rolin nous offre le récit de ses promenades, sans promesse de rencontres extraordinaires ou d’aventures mémorables. Il propose cette fois-ci une diagonale dans la région parisienne, en suivant la Seine de Melun à Mantes. »


   

Le dernier procès de Kafka de Benjamin Balint

Recension de Benédicte Chesnelong

« Ce "dernier procès", comme le sont souvent les litiges successoraux, aura été l’occasion d’envahir une "œuvre plutôt silencieuse qui forme les restes épars d’une existence qu’elle nous aide à comprendre, témoin sans prix d’un destin d’exception qui, sans elle, fût resté invisible". »


   

Le consentement de Vanessa Springora

Recension de Caroline Charlet

« "Mais que vaut la vie d’une adolescente anonyme au regard de l’œuvre littéraire d’un être supérieur ?"  Le roman révèle l’ampleur sociale du mythe, qui ne tolère pas de discussion, du créateur presque tout-puissant et auquel on accorde l’immunité morale et pénale. »


   

Vie de Gérard Fulmard de Jean Echenoz

Recension de Philippe Ollé-Laprune

« Jusqu’à sa pauvre existence, à peine une vie, Gérard Fulmard est un type médiocre, steward renvoyé par son employeur en raison d’un mystérieux scandale et qui aimerait bien devenir détective privé. »


   

Tout Homère sous la dir. d’Hélène Monsacré

Recension de Cécilia Suzzoni

« L’intérêt essentiel de cette somme est qu’elle redonne aujourd’hui à la lecture d’Homère sa pleine charge d’énergie poétique, de " poésie au carré". Elle secoue la poussière accumulée par les approches académiques d’une œuvre longtemps confinée, abusivement, dans un paysage scolaire lui-même paresseusement figé dans une réception "obligée ". »


   

Libres d’obéir de Johann Chapoutot

Recension d'Andreas Bikfalvi

« Si Reinhard Höhn n’a jamais manifesté, après la guerre, d’inclination pour le nazisme, les pratiques managériales proposées s’inscrivent dans la continuité de son engagement passé. L’individu a l’impression de participer dans un processus créatif, mais demeure dans l’illusion de la liberté. »