Notes de lecture

Dans le même numéro

Les Impatientes de Djaïli Amadou Amal

avril 2021

De la société qu’elle présente, Djaïli Amadou Amal dévoile les schémas anthropologiques qui conduisent les femmes à être en permanence mises sous tutelle.

Les Impatientes est un roman polyphonique, une fiction tirée de faits réels qui concerne trois femmes peules, issues de la bourgeoisie du Cameroun septentrional : Ramla, Hindou et Safira. Ramla et Hindou sont cousines et se retrouvent mariées à l’âge de dix-sept ans avec des hommes choisis par leurs pères et oncles, tandis que Safira est la première femme du nouveau mari de Ramla. Toutes connaissent des trajectoires marquées par des souffrances liées à leur sexe : mariages forcés, viols et violences conjugaux, polygamie, jalousie des femmes rivales, harcèlement moral. Djaïli Amadou Amal, elle-même issue de la bourgeoisie camerounaise, s’inspire de sa propre histoire. Elle a connu un mariage forcé à l’âge de dix-sept ans dont elle a réussi à s’enfuir, avant de divorcer une seconde fois d’un homme violent. Pour ne pas que son expérience se reproduise, elle a fondé l’association Femmes du Sahel qui œuvre pour l’émancipation des jeunes filles, notamment par le biais de l’éducation.

De la société qu’elle présente, Djaïli Amadou Amal dévoile les schémas anthropologiques qui conduisent les femmes à être en permanence mises sous tutelle. La femme devient une monnaie d’échange entre les hommes, une manière de sceller des alliances, de perpétuer la stabilité familiale. Le personnage de Ramla l’énonce clairement : « Nous ne sommes ni les premières ni les dernières filles que mon père et mon oncle marieront. Au contraire, ils seront plutôt contents d’avoir accompli

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Emmanuelle Collas, 2020
252 p. 17 €

Marie Justice

Étudiante en master de droit économique à Sciences po Paris.

Dans le même numéro

Les difficultés rencontrées pendant la gestion de l’épidémie de Covid-19 ont remis en lumière le rapport paradoxal que la France entretient avec son État. Parce qu’il est censé décider de tout, il est le recours vers lequel tous se tournent en situation de crise, en même temps qu’il concentre l’essentiel des critiques. Au-delà de la crise sanitaire, la question d’un juste partage des responsabilités entre l’État et d’autres acteurs - les collectivités territoriales, les citoyens, les syndicats ou les entreprises- pour construire un horizon d’action commun se pose. Alors même que la pandémie marque le retour en grâce de l’action publique, comment changer concrètement la figure de l’État pour apaiser sa relation avec la société et lui permettre de répondre aux aspirations contemporaines en matière d’écologie et de justice sociale ? C’est à cette question que s’attache ce dossier, coordonné par Lucile Schmid.