Notes de lecture

Dans le même numéro

Œuvre poétique complète, t. I. Aux voyageurs de la Grande Ourse de Claude-Henri Rocquet

octobre 2019

Trois ans après le décès de Claude-Henri Rocquet, cettte Œuvre poétique complète permet d’apprécier la diversité et la richesse du travail de ce poète mal connu, du fragment au carnet de voyage, en passant par les dialogues fictifs et les odes à la nature et au divin. Le poète est fasciné par la minéralité, par la «durante dureté» de roches infaillibles, qui contraste avec la fragilité de l’homme, «fétu» (brindille) soumis au passage du temps et sans cesse menacé par le monde : «Le temps passe et ­m’emporte, et vous laisse», dit le poète, amer, aux roches éternelles. La voix poétique se heurte au mutisme du ciel : «Ciel, ciel, qui ne parlera jamais en face», ravivant la lucidité tragique de Hugo dans Les Contemplations («Rien ne répond dans l’éther taciturne»). Pourtant, le poète n’abdique pas sa foi et fait de sa poésie le lieu d’une invitation à la confiance en un Tout bienveillant qui ranimera les esprits après que les corps se seront

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Nicolas Krastev-McKinnon

Elève à l'Ecole Normale Supérieure de Lyon, il étudie la littérature et la philosophie. Assistant de rédaction à la Revue Esprit (2019).

Dans le même numéro

À mi-mandat du quinquennat d’Emmanuel Macron, le dossier diagnostique une crise de la représentation démocratique. Il analyse le rôle des réseaux sociaux, les mutations de l’incarnation politique et les nouvelles formes de mobilisation. À lire aussi dans ce numéro : Jean-Luc Nancy sur l’Islam, Michael Walzer sur l’antisionisme et François Dubet sur la critique de la sélection.