Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

En attendant la neige de Lhasham-Gyal

Trad. par Françoise Robin

mars 2022

Ce premier roman de Lhasham-Gyal résonne comme un long poème nostalgique, une ode ininterrompue au Tibet et à ses habitants. Le passage du temps, incarné par l’histoire de vie culbutée de quatre amis d’enfance, le narrateur, Säldrön, Nyima Döndrup et Tharphel, ne fait que glisser sur la beauté d’une nature qui, seule, garde en mémoire la trace de ce qui est authentique et témoigne de valeurs pérennes. L’écrivain puise dans son vécu, depuis sa découverte du pouvoir des mots quand, dans sa jeunesse en Amdo, haute montagne au nord-est du Tibet, il lisait tout en gardant des moutons, jusqu’à son travail actuel au Centre de recherches sur les études tibétaines de Pékin, pour illustrer les bouleversements économiques, politiques et sociaux de son pays. Mais au-delà des blessures infligées par la prégnance d’une réalité souvent hostile et subversive, c’est toute la question de l’identité, de la fidélité à un idéal hérité ou choisi qui habite et nourrit le récit.

La construction du roman, marquée par des retours en arrière, la description détaillée de lieux, de paysages, le rappel de liens anciens et de rapports de force ancestraux, les conversations directes ou indirectes entre les amis sur leurs choix, leurs hésitations, leurs compromis aussi, reflète la douloureuse insertion dans un monde encore largement perçu comme étranger. L’absence de linéarité dans la narration concourt à révéler le trouble qui perturbe tous les personnages du roman, contraints à repenser leurs all

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Éditions Picquier, 2021
400 p. 22,50 €

Sylvie Bressler

Critique littéraire à la revue Esprit depuis 2002.

Dans le même numéro

Retrouver la souveraineté ?

L’inflation récente des usages du mot « souveraineté », venue tant de la droite que de la gauche, induit une dévaluation de son sens. Dévaluation d’autant plus choquante à l’heure où, sur le sol européen, un État souverain, l’Ukraine, est victime d’une agression armée. Renvoyant de manière vague à un « pouvoir de décider » supposément perdu, ces usages aveugles confondent souvent la souveraineté avec la puissance et versent volontiers dans le souverainisme, sous la forme d’un rejet de l’Union européenne. Ce dossier, coordonné par Jean-Yves Pranchère, invite à reformuler correctement la question de la souveraineté, afin qu’elle embraye sur les enjeux décisifs qu’elle masque trop souvent : l’exercice de la puissance publique et les conditions de la délibération collective. À lire aussi dans ce numéro : les banlieues populaires ne voteront plus, le devenir africain du monde, le destin du communisme, pour une troisième gauche, Nantes dans la traite atlantique, et la musique classique au xxie siècle.