Notes de lecture

Dans le même numéro

La photo numérique, une force néolibérale d’André Rouillé

décembre 2020

Cet ouvrage, parfaitement documenté, ne décrit pas un simple changement technique, mais la fin d’un monde matériel et mental.

Le smartphone est hégémonique : on en dénombre 3,5 milliards en 2019 pour une population de 7,7 milliards d’humains. Chaque possesseur le consulte 221 fois par jour en moyenne, soit 2,3 heures. Il prend des photographies numériques, c’est-à-dire sans aucune limite technique, qu’il peut instantanément publier au bout du monde et archiver sur un cloud. André Rouillé, historien de la photographie, non seulement de ses techniques mais aussi de ses usages sociaux, observe la disparition de la photographie argentique au profit du numérique. Elle constitue en effet une rupture, un changement d’univers mental. « Ayant émergé avec la société industrielle faite de matières industrielles et piloté par des protocoles industriels, [la photographie argentique] est victime de l’avènement d’un monde nouveau : celui du numérique, dans lequel elle est frappée d’obsolescence et supplantée par la photo numérique. Une autre photo pour une autre époque. » Mais en quoi est-ce politique ? « En transformant de fait chaque cliché en une micro-expérience néolibérale, la photo numérique instille subrepticement et continûment dans la sensibilité des individus les valeurs n&eacu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
L’Échappée, 2020
224 p. 17 €

Thierry Paquot

Philosophe, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, il est spécialiste des questions urbaines et architecturales, et participe activement au débat sur la ville et ses transformations actuelles. Thierry Paquot a beaucoup contribué à diffuser l'oeuvre d'Ivan Illich en France (voir sa préface à Ivan Illich, La Découverte, 2012), et poursuit ses explorations philosophiques du lien entre nature,…

Dans le même numéro

Source d’inquiétude autant que de fascination, la Chine continue de représenter une énigme. Le socialisme « aux couleurs de la Chine » conjugue en effet un capitalisme sauvage avec un pouvoir centralisé dans une synthèse politique inédite. Le dossier explore le nouveau souverainisme, le pouvoir numérique, le rapport aux minorités et la gestion de l’épidémie. À lire aussi : projet de danger perpétuel, du fanatisme à la radicalité, la dissidence discrète de Marc Fumaroli, pour une philosophie de la préhistoire et la controverse Kundera.