Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Photo domaine public
Flux d'actualités

Les dangers de l’impunité

février 2021

La nouvelle procédure d'impeachment engagée contre Donald Trump a peu de chances d'aboutir à sa destitution par le Sénat américain, mais elle a au moins le mérite de chercher à signifier que les abus de pouvoirs de l'ex-président ne peuvent rester impunis, au risque de fragiliser encore davantage le fonctionnement démocratique.

Pour l’historien des États-Unis David Blight, la période actuelle et l’insurrection au Capitole évoquent moins le Watergate que l’après guerre de Sécession, et les conséquences de l’absence de sanctions contre les instigateurs de celle-ci. Les responsables eux-mêmes s’attendaient à être sévèrement jugés, voire pendus, mais même Jefferson Davis, qui fut président des États Confédérés d’Amérique de 1861 à 1865, fut relâché après deux ans d’emprisonnement. L’impunité explique la résurgence, teintée de nostalgie du passé, du récit héroïque des sécessionnistes esclavagistes chez les partisans de Trump dans l’extrême droite américaine, qui veulent « Rendre sa grandeur à l’Amérique ».

L’échec des procédures d’impeachment

En 2016, dans une Amérique prête au populisme, comme en témoignent les candidatures de Bernie Sanders à gauche et Donald Trump à droite, ce dernier a fait campagne à coups de mensonges, d’attaques contre divers boucs émissaires et de promesses à l’emporte-pièce (« Le  Mexique payera la construction du mur ! »). Depuis son investiture le 20 janvier 2017, le président Trump n’a cessé de mentir (le Washington Post a compté 107 contre-vérités proférées dans la seule journée du 6 décembre 2020), il a attaqué l’indépendance de la justice, la liberté de la presse, il empiété sur les pouvoirs du Congrès. Et rien ne s’est passé. Le rapport Mueller a montré qu’il avait accepté l’aide de la Russie en 2016

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !