Titane, Palme d’or 2021 © Carole Bethuel
Flux d'actualités

Cannes 2021 : Rêves d’une puissance invaincue du cinéma

Le festival de Cannes 2021 nous a fait découvrir des drames urbains, quelques perles du cinéma d’auteur, et un chef d’œuvre : Drive My Car de Ryusuke Hamaguchi. Ces films témoignent du rêve d’une puissance invaincue du cinéma.

Le retour dans les salles du festival de Cannes nous aura valu bien des inquiétudes, le variant Delta ayant galopé sur la côte méditerranéenne en juillet. Nous lui devons aussi de précieuses découvertes : des films dont les sorties émailleront l’été et l’automne-hiver 2021. D’abord des fictions urbaines déployant leur drame dans des espaces investis de manières nouvelles, ensuite quelques perles des grandes formes du cinéma d’auteur, et enfin le chef d’œuvre de cette compétition 2021 : Drive My Car de Ryusuke Hamaguchi, film ample et profond, que nous attendions en haut des marches pour une nouvelle Palme d’or japonaise, après Une affaire de famille de Hirokazu Kore-eda en 2018. C’était sans compter avec le hold-up du flamboyant Titane, qui nous a laissés sonnés… mais heureux.

 

Une bonne mère © SBS Distribution

 

Une mère

Plusieurs drames urbains ont déployé, dans des territoires inattendus et peu pratiqués par le cinéma de fiction, des récits poignants, donnant corps au destin de groupes ou d’individus aux marges de nos sociétés. Nous leur devons parmi les plus belles émotions de ce festival. Et d’avoir gravé en nous des visages nouveaux, de non-professionnels époustouflants. Le visage de Halima Benhamed, d’

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Élise Domenach

Maître de conférence en études cinématographiques à l’Ecole normale supérieure de Lyon, elle est notamment l’auteure de Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme (PUF, 2011).