Malotru (Mathieu Kassowitz) dans Le Bureau des légendes © Canal+
Flux d'actualités

Bas les masques au Bureau des légendes

Dans Le Bureau des légendes, tout est mis en place pour faire écran à la vérité : la légende, la manipulation, la trouble identité.

Thriller captivant sur l’imposture comme soubassement du renseignement dans la guerre contre le terrorisme, Le Bureau des légendes (2015-2018) est une excellente série d’espionnage française produite par Canal+. La chaîne privée, non soumise aux annonceurs et à l’autocensure, ambitionne de rejouer la geste du network américain HBO qui lançait le renouveau créatif des séries à l’orée des années 2000.

 

Une série française à l’américaine

En pariant sur des projets d’envergure, inventifs et non formatés, parfois portés par des acteurs et des réalisateurs issus du cinéma, elle a indéniablement contribué à rehausser la qualité narrative et esthétique de la production française. De son côté, le showrunner du Bureau des légendes, Éric Rochant, s’est imposé en chef d’orchestre d’un genre dans lequel il excelle. Son long-métrage Les Patriotes (1993) retraçait déjà le parcours initiatique d’une jeune recrue du Mossad, quand Möbius (2013), relecture des Enchaînés (1946) d’Hitchcock et laboratoire d’idées pour la future série, peignait l’h

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Ghislain Benhessa

Avocat, il enseigne le droit public à l'université de Strasbourg. Il a récemment publié l'État de droit à l'épreuve du terrorisme (L'Archipel, 2017). 

Nathalie Bittinger

Agrégée de lettres modernes et maître de conférences en études cinématographiques à l'université de Strasbourg, elle a publié 2046 de Wong Kar-wai (Armand Colin, 2007) et a dirigé Cinémas d'Asie. Nouveaux regards (Presses universitaires de Strasbourg, 2016) ainsi que Dictionnaire des cinémas chinois. Chine, Hong Kong, Taiwan (Hémisphères/Maisonneuve et Larose, 2019). …