Le moindre geste - photo Fernand Deligny et Josée Manenti
Flux d'actualités

La vie buissonnière

Nous vivons un étrange paradoxe. Alors que l’écologie devient une préoccupation majeure de nos comportements individuels et collectifs et que nous sommes abreuvés d’injonctions sur la nourriture, la voiture, le tri des déchets et l’isolation des habitations, jamais l’éducation des enfants n’a été aussi éloignée du rapport à la nature.

« Parce que nous manquons de temps, de confiance en nous, et que nous craignons le monde extérieur, nos enfants passent désormais la majorité de leur temps libre à l’intérieur, dans des activités structurées et sous la supervision d’adultes[1]. » En France, les 8-18 ans passent en moyenne 4h30 devant les écrans (Tv, jeux vidéo, smartphone, etc.), et l’on compte 6,3 écrans par foyer. Ainsi biberonnés aux multimédias, nos chers bambins ploient forcément sous la surcharge d’images : le manque de concentration et de mémoire est relevé par tous les enseignants et pose de réels problèmes de santé publique. Le monde virtuel peut à l’évidence s’avérer utile pour l’imagination ou le plaisir du jeu, mais i

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !