Vue d’exposition, photo Jean-François Bouthors. Relatum, 1970/2019. Pierre et verre. Pierre h : 70 cm, plaque de verre, 240 x 300 x 1,9 cm. Courtesy Kamel Mennour. © Lee Ufan. Et From Point, 1977. Colle et pigment minéral sur toile. 182 x 22
Flux d'actualités

La leçon d’économie de Lee Ufan

Habiter le temps, au Centre Pompidou-Metz, jusqu’au 30 septembre 2019

juillet 2019

L’économie comme rapport au monde nous met en alerte sur l’erreur, voire la folie, qu’il y a à le considérer comme un objet de consommation.

Une touche de peinture à même un mur, dans une première salle, une pierre posée sur une plaque de verre, dans un second espace[1]. On ne peut guère être plus économe de gestes que Lee Ufan en matière de création, au moment où d’autres engagent une débauche de moyens ou de signes pour retenir l’attention. L’art tel que le conçoit Lee Ufan est l’offrande de cette économie-là : sans surcharge, sans encombrement, sans excès, comme une retenue, un suspens…

Un silence offert pour prendre la mesure de ce qui est à la fois le plus fugace et le plus dense : le présent, le lieu qui réunit ce que nous trouvons à notre disposition sans avoir à le produire – la pierre – et ce que nous fabriquons et qui n’existe que parce que nous le fabriquons – le verre.

Le lieu, aussi, où se croisent l’éternité et l’instant. L’éternité concentrée dans les choses : qui peut dire, en la voyant, l’âge d’une pierre et qui sait tout ce dont elle a été, sinon témoin, du moins contemporaine ? L’instant du regard que nous portons sur ce qui se présente à nous, ou qui nous est présenté.

Même dans la simp

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-François Bouthors

Editeur, journaliste et écrivain, il est l’auteur de plusieurs livres, dont La Nuit de Judas (l’Atelier, 2008), Paul le Juif (Parole et Silence, 2011) et Délivrez-nous de "Dieu". De qui donc nous parle la Bible ? (Médiaspaul, 2014), Comment Poutine change le monde (Éditions François Bourin, 2016) et Nous, Français (Éditions de l’Observatoire, 2018).…