Jeanne de Bruno Dumont © 3B-Productions
Flux d'actualités

Jeanne d’Arc au cinéma, toujours recommencée

octobre 2019

Jeanne de Bruno Dumont peut se voir comme une très belle adaptation, prenant ses libertés avec la réalité historique, en cohérence avec le lyrisme du texte original de Péguy.

Jeanne d’Arc est sans doute la figure historique féminine la plus mise en scène au cinéma (avec Elisabeth I, Catherine de Russie, Marie-Antoinette…), bien qu’aucune réalisatrice ne se devine parmi la liste impressionnante de cinéastes ayant représenté la jeune Lorraine : Méliès, De Mille, Dreyer, Preminger, Bresson, Rivette, et aujourd’hui Bruno Dumont. Considérée a priori, cette énonciation témoigne d’une approche de Jeanne d’Arc par le réalisme : Le Procès de Jeanne d’Arc de Dreyer est encore diffusé dans les ciné-clubs ou les sections audiovisuelles des lycées pour illustrer l’art du champ/contrechamp ou de la mise en scène sobre. Comme si cette histoire ancienne, dans la France du début du XVe siècle, de la jeune fille devenue figure nationale consensuelle, ne pouvait se raconter qu’avec une économie de moyens, une certaine retenue. Le « film sur Jeanne d’Arc » permet enfin un mélange des genres propres à marquer les esprits : à la fois une histoire sur la France, un portrait du Moyen-Âge finissant, un drame autour d’un grand personnage féminin et, une fois représenté le procès, la peinture d’une erreur judiciaire flagrante, du

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !