Crédits : an Anon, Flickr
Flux d'actualités

La destitution permanente

Le mouvement des Gilets jaunes en France peut-il gagner en unité et en cohérence, pour devenir un nouveau pouvoir instituant ? Ou risque-t-il d'échouer, comme le Mouvement 5 étoiles en Italie, sur trop de contradictions internes ? Pourquoi cette fixation sur la destitution du Président, qui semble mettre en cause la possibilité même d'un pouvoir légitime ?

La référence à la Révolution française est dans l’air en ces jours enflammés. Risquons-nous alors à détourner la définition que l’abbé Sieyès donnait du Tiers État en 1789. Que sont les Gilets jaunes ? Tout. Qu’ont-ils été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? Rien. Que demandent-t-ils ? À être quelque chose. Tout et rien, donc : une multitude éparse qui veut être reconnue comme sujet politique. Peut-être est-ce une façon d’expliquer comment le mouvement se pense lui-même et comment il pense (ou ne pense pas) ses propres contradictions. Car ce peuple qui se soulève aux quatre coins de France – dans les campagnes et dans les villes, dans les centres et dans les périphéries – recouvre des conditions sociales variées, des cultures politiques adverses, voire des intérêts divergents. Réussira-t-il à se faire pouvoir constituant d'un nouvel ordre, comme Sieyès l'annonçait pour le tiers état ? Ou du moins à exprimer une demande politique homogène ? C'est ce que certains semblent espérer. Mais plus le temps passe et plus les doléances s'accumulent, plus on se dit qu’autre chose est en train d’arriver&nb

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !