2018 - Esprit
Dans le même numéro

La protection des réfugiés et apatrides en France. Entretien avec Aline Angoustures et Dzovinar Kévonian

Propos recueillis par Anne-Lorraine Bujon
et Emmanuel Laurentin

Votre ouvrage collectif sur l’histoire de l’asile en France [1] est le fruit de recherches sur le fonds d’archives de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). Pourquoi avoir travaillé à partir de ces archives ? Apportent-elles une perspective particulière sur la question de l’asile ?

Aline Angoustures – J’ai découvert ce fonds d’archives quand j’étais jeune fonctionnaire à la Commission des recours des réfugiés, l’actuelle Cour nationale du droit d’asile. Au début des années 1990, poursuivant mes études d’histoire avec Pierre Milza, j’ai voulu travailler sur les archives de l’Office concernant les réfugiés espagnols de la guerre civile et j’ai découvert que les fonds étaient fermés depuis 1952. Ayant pu les consulter de façon exceptionnelle, j’ai soumis à la direction de l’Ofpra un projet visant à ouvrir ces archives à la recherche. Cet ouvrage, édité par le Comité d’histoire de l’établissement, est la première publication qui rend co

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Aline Angoustures

Docteure en histoire, cheffe de la Mission histoire et archives de l'OFPRA et coordinatrice de son Comité d'histoire, elle est notamment l'auteur de l'Espagne (Le Cavalier bleu, 2004).

Dzovinar Kévonian

Maîtresse de conférences en histoire à l'université Paris Nanterre, elle est notamment l'auteure de Réfugiés et diplomatie humanitaire (Publications de la Sorbonne, 2004). 

Dans le même numéro

Assistons-nous au triomphe de la xénophobie ? Les exilés ne sont plus les bienvenus dans notre monde de murs et de camps. Pourtant, certains font preuve de courage et organisent une contre-politique hospitalière. Ce dossier estival, coordonné par Fabienne Brugère et Guillaume le Blanc, invite à ouvrir le secours humanitaire sur un accueil institutionnel digne et une appartenance citoyenne réinventée.