Dans le même numéro

La Turquie brutalisée

juin 2017

#Divers

Ainsi, le président Erdogan a réussi son pari et a « présidentialisé » le système politique turc à la faveur du référendum organisé le 16 avril 2017. Certes, sa victoire est courte (51,4 %) et surtout entachée de fraudes massives que le Haut Conseil électoral ne tente même plus d’occulter, mais comme Erdogan l’a rappelé, le « cavalier a déjà traversé la rivière1 ». En réaction au rapport préliminaire accablant de la mission d’observation conjointe de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (Osce), démontrant que jusqu’à 5 % des votes comptabilisés pourraient être frauduleux2, il s’est contenté de préciser : « Ils préparent un rapport à leur goût. […] Nous ne tenons pas compte de tout rapport que vous pourriez préparer3. »

Paria du régime dans les années 1990, Erdogan peut désormais se présenter officiellement comme source et horizon de tout pouvoir, qu’il soit exécutif, législatif ou judiciaire : il ne dirigera pas seulement le pays, m

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements ; ou si vous avez déjà un abonnement, vous pouvez vous connecter ici.

Hamit Bozarslan

Directeur d'études à l'Ehess, il est notamment l’auteur de l'Histoire de la Turquie de l'Empire à nos jours (Tallandier, 2015) et de Révolution et état de violence. Moyen-Orient 2011-2015 (Cnrs, 2015). Il est membre du Conseil de rédaction d'Esprit.

Dans le même numéro

Les violations des droits de l’homme restent impunies en Syrie. Le rêve illibéral d’une démocratie sans droit gagne la Turquie et les pays d’Europe centrale. Les institutions internationales sont impuissantes ou réduites à mener des actions humanitaires. Si le moment des droits de l’homme est derrière nous, il revient à l’Europe de mener une nouvelle bataille pour ces droits. Des articles aussi sur l’élection présidentielle, la ville numérique et l’Etranger de Camus.