Ami Drach and Dov Ganchrow, « BC-AD; contemporary flint tool design » © Centre Pompidou, Mnam/Cci, photo : Audrey Laurans / Dist. RMN-GP
Dans le même numéro

Préhistoire, une énigme moderne

Exposition au Centre Pompidou, jusqu'au 16 septembre 2019

septembre 2019

Le vis-à-vis inhabituel entre des œuvres qu’on croit connaître et ces objets préhistoriques qu’on connaît si peu produit des éclairages extraordinaires.

Il y a cent cinquante ans, la préhistoire n’existait pas. Et ce miroir tendu bouscule le présent. L’exposition Préhistoire, une énigme moderne[1] est exceptionnelle par ce qu’elle donne à voir, plus encore que par ce qu’on y apprend. Le vis-à-vis est inhabituel, dans chaque salle, entre des œuvres qu’on croit connaître (Picasso, Miró, Giacometti, Arp, etc.) et ces objets préhistoriques qu’on connaît si peu. Et pour cause, dispersés dans des musées d’histoire naturelle ou d’archéo­logie, ils échappent aux circuits artistiques habituels, leur petite taille requiert aussi une attention toute particulière. Or cette mise en présence d’objets, anachroniques les uns aux autres, produit des éclairages extra­ordinaires. Le propos historique est passionnant[2], mais le titre et la densité touffue du parcours peuvent faire obstacle à l’expérience de visite. À l’œil nu, en revanche, le jeu de pistes devient chasse aux trésors. Il ne transforme pas seulement le regard, il décape notre rapport à l’art et au temps, révélant un autre rapport au monde.

On trébuche d’abord, dans le noir, sur un os iconique : ce fameux

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Hélène Mugnier

Hélène Mugnier est historienne de l’art de formation. Elle est diplômée de l’école du Louvre, et conférencière du ministère de la Culture. Pionnière du management par l’art, elle a créé et dirigé pendant quatre ans l’agence de communication par l’art, Artissimo. Depuis 2005, elle est consultante en profession libérale avec son cabinet de conseil auprès des entreprises, HCM Art & Management.…

Dans le même numéro

Le dossier, coordonné par Anne-Lorraine Bujon et Isabelle de Mecquenem, remet le sens de l’école sur le métier. Il souligne les paradoxes de « l’école de la confiance », rappelle l’universalité de l’aventure du sens, insiste sur la mutation numérique, les images et les génocides comme nouveaux objets d’apprentissage, et donne la parole aux enseignants. À lire aussi dans ce numéro : un inédit de Paul Ricœur sur la fin du théologico-politique, un article sur les restes humains en archéologie et un plaidoyer pour une histoire universaliste.