Carlos Kusnir, Sans titre, 2019 © Jean-François Rogeboz, courtesy galerie Eric Dupont, Paris
Flux d'actualités

Carlos Kusnir, jazzman de la peinture

L’improvisation de Carlos Kusnir condense en elle tout le travail accumulé de longue date et libère, avec une légèreté feinte, l’énergie condensée. La dynamique poétique de ses peintures ouvre ainsi le présent confiné à d’autres possibilités.

Si les musées et les salles de spectacles restent désespérément fermés pour cause de pandémie, il est possible de visiter les galeries d’art. Celles-ci connaissent d’ailleurs une fréquentation plus importante qu’avant la survenue de la Covid-19. Une partie d’entre nous vient évidemment y chercher une forme d’escapade, une manière d’échapper à l’enfermement mental dont nous menacent les mesures sanitaires, par les effets qu’elles produisent sur notre rapport au monde, sur nos relations, sur nos imaginaires de plus en plus confinés dans la monotonie criarde des médias d’information.

Pour lutter contre cette misère pandémique, l’œuvre de Carlos Kusnir, artiste argentin installé à Marseille, présentée chez Éric Dupont ces dernières semaines, présente des vertus puissamment roboratives. Elle surprend d’emblée et réveille de la torpeur dans laquelle nous risquons de nous laisser couler. Ces chiens qui vous fixaient, à l’entrée de la galerie, maculés de peinture, que racontaient-ils ? Pourquoi étaient-ils là, comme à vous demander ce que vous-mêmes venez faire ici, et qui vous êtes ? Impossible de se soustraire à leur regard aussi silencieux qu’insistant. Interrogé, l’artiste répond par une pirouette rieuse : « Les chiens ? Des autoportraits ! »

Évidemment, en toute œuvre, le peintre expose quelque chose de lui-même. Ici, la peinture qui vient recouvrir la face du sujet, c’est bien ce qui occupe Kusnir, ce qu’il a dans la tête, ce dont il se revêt. En ce se

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-François Bouthors

Editeur, journaliste et écrivain, il est l’auteur de plusieurs livres, dont La Nuit de Judas (l’Atelier, 2008), Paul le Juif (Parole et Silence, 2011), Délivrez-nous de "Dieu". De qui donc nous parle la Bible ? (Médiaspaul, 2014), Comment Poutine change le monde (François Bourin, 2016), Nous, Français (L’Observatoire, 2018) et, avec Jean-Luc Nancy, Démocratie ! Hic et nunc (François Bourin, 2019).…