Les abords du camp de Moria, principal camp de migrants et de réfugiés sur l'île de Lesbos en Grèce | Le 15 janvier 2017. Photo de Catherine Lenoble (CC BY-SA 4.0)
Dans le même numéro

La Grèce, bouclier de l’Europe ?

En passant en 2016 un accord avec la Turquie pour qu’elle retienne les réfugiés sur son territoire, l’Union européenne a ouvert la voie à de possibles chantages. La crise dramatique de cet hiver à la frontière gréco-turque a conduit à une suspension du droit d’asile, manifestant un décalage entre les discours et les actes de l'Union.

La frontière terrestre entre la Grèce et la Turquie n’est longue que de 180 kilomètres. Le tracé de celle-ci suit minutieusement les courbes et méandres du fleuve Évros, à une exception près. À hauteur de la petite ville turque d’Edirne, la frontière bifurque, se sépare du fleuve et passe à l’ouest du cours d’eau. Se découpe alors entre le fleuve et la frontière une bande de terre de douze kilomètres de long où se rencontrent l’Union européenne et la Turquie. Depuis cette morne plaine agricole, on peut atteindre la frontière extérieure de l’Union européenne à pied et au sec, sans courir le risque ni de se noyer dans les courants traîtres et glacés de l’Évros, ni de chavirer avec son bateau de fortune en mer Égée. Pour poser le pied dans l’espace Schengen, il reste cependant à franchir une haie fortifiée de barbelés de trois mètres de haut et d’un mètre de large qui barre tout le paysage.

Un accord fragile

C’est vers cette plaine désolée, connue comme le « triangle de Karaağaç », qu’ont convergé des milliers de migrants après qu’Erdoğan a annoncé, le 28 février dernier, que la Turquie cesserait de contr&

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Martin Deleixhe

Professeur de sciences politiques à l'université de Saint-Louis (Bruxelles), il a notamment co-dirigé le numéro HospitalitéS (SociologieS, mars 2018).

Dans le même numéro

Ce dossier coordonné par Jean Godefroy Bidima et Antoine Garapon fait entendre les voix multiples de l’Afrique. Depuis leur perspective propre, ces voix africaines débordent la question postcoloniale et invitent au dialogue ; elles participent à la construction d'une commune humanité autour d’un projet de respect de la vie. À lire aussi dans ce numéro double : la participation dans le travail social, les analogies historiques de la pandémie, les gestes barrières face aux catastrophes écologiques, l’antiracisme aux États-Unis et l’esprit européen de Stefan Zweig.