Dans le même numéro

« Hollande l'Africain », et après ?

L’embellie de janvier, due à l’intervention réussie au Mali, aura été de courte durée pour le président Hollande. Les ingrédients d’un redressement d’image étaient pourtant nombreux, et ils ont été bien amplifiés par une stratégie de communication, validée par une rare convergence de la presse.

Une opération réussie ?

La justesse de la cause d’abord : qui n’aurait voulu arrêter ces groupes djihadistes dont l’offensive se traduisait par l’application des châtiments de la charia et la destruction du patrimoine architectural, toutes deux évocatrices d’un Afghanistan sous les talibans, mais plus près de nous ? La nature des populations secourues ensuite : des Maliens visiblement incapables de se défendre eux-mêmes, et leur communauté en France qui appuyait clairement l’intervention. En toile de fond, la réhabilitation discrète de l’ancienne puissance coloniale, illustrée par l’autorisation inédite de survol de son territoire donnée par l’Algérie, préparée par le voyage du président français à Alger et son discours, qui avait pansé une partie des plaies du passé. La maîtrise du temps de l’opération aussi : son déclenchement après un délai de consultati

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michel Marian

Philosophe de formation, il travaille dans le domaine des politiques scientifiques et de recherche. Michel Marian publie régulièrement notes et articles sur la politique française dans Esprit. Il s’intéresse également à l’histoire et à la culture arméniennes, tout comme aux questions de reconnaissance du génocide arménien.…

Dans le même numéro

Le vote protestataire, la maison individuelle et la voiture

Pourquoi devenir périurbain ? Toulouse, Lyon, Strasbourg…

La banlieue, entre rêve américain et mythe politique français

Réorganiser le territoire : le défi de la démocratie urbaine