Rawpixel
Dans le même numéro

L'enseignant en porte-à-faux

Les élèves et les enseignants sont confrontés à une profusion d’informations au sein de laquelle ils doivent distinguer le vrai du faux. L’enseignant se retrouve dans une situation inconfortable de fact-checking : son discours est soit relativisé comme une position parmi d’autres, soit objet d’un soupçon lié à sa position sociale. Pourtant, le défi des élèves témoigne d’une quête de sens et fournit l’occasion de construire du commun.

Lorsqu’on demande à Ludovic, treize ans, comment fonctionne Wikipédia, sa réponse fuse et lui paraît frappée du sceau du bon sens : «Bah, c’est un gros ordinateur qui trie ce qui est vrai et ce qui est faux!» Si la définition est mauvaise, l’élève n’en a pas moins saisi un enjeu très contemporain : comment discriminer le faux et le vrai dans un foisonnement titanesque de données. Mais après tout, combien de professeurs seraient à même d’expliquer le fonctionnement collaboratif du site ou même d’expliquer les critères de sélection de YouTube ou de Google ?

À l’heure d’Internet et des médias en continu, le métier d’enseignant est exposé à de nouveaux défis qui conditionnent amplement son quotidien. En classe, il est à un carrefour où se croisent savoirs, éthique, diversités culturelles et actualités. L’enjeu y est de taille : comment, dans sa pratique, en tenir compte et parvenir à hiérarchiser, donner du sens, ou même à déconstruire une vague indéfinie d’informations et de divers discours ? A fortiori lorsque ces discours s’entremêlent de manière parfois ambiv

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Nicolas Léger

Professeur de lettres et de philosophie au lycée Victor-Hugo de Florence, il a récemment publié « Soumission, ou l'épuisement de tout » (Esprit, novembre 2018).

Dans le même numéro

Fausses nouvelles, désinformation, théories du complot : les vérités sont bien fragiles à l’ère de la post-vérité. Les manipulations de l’information prospèrent dans un contexte de défiance envers les élites, de profusion désordonnée d’informations, d’affirmations identitaires et de puissance des plateformes numériques. Quelles sont les conséquences politiques de ce régime d’indifférence à la vérité ? Constitue-t-il une menace pour la démocratie ? Peut-on y répondre ? A lire aussi dans ce numéro : un dossier autour d’Achille Mbembe explorent la fabrication de « déchets d’hommes » aux frontières de l’Europe, des repères philosophiques pour une société post-carbone, une analyse de ce masque le consentement dans l’affaire Anna Stubblefield et des recensions de l’actualité politique, culturelle et éditoriale.

 

Pour aller plus loin, découvrez une sélection d'articles publiés dans Esprit depuis 1949 sur les liens entre Vérité et politique