Portrait Michel Lussault
Dans le même numéro

Espace d'accueil

Pour qu’un espace soit accueillant, ses limites doivent être perméables, à l’encontre de l’obsession sécuritaire contemporaine ; la précarité urbaine doit être valorisée, à l’encontre de l’obsession de la rentabilité ; et les instances démocratiques locales doivent être renforcées, à l’encontre de la bureaucratie fonctionnelle actuelle.

Lors des réunions publiques du Front national, à l’occasion des élections présidentielles de 2017, il arrivait que les militants et sympathisants rassemblés scandent, l’air à la fois martial et ravi : «On est chez nous, on est chez nous!» Voilà qui en dit long sur ce qui réunit les adeptes des thèses du parti d’extrême droite français – on trouverait des équivalents partout en Europe et bien au-delà. Il exprime la hantise d’un espace social, culturel et politique (un territoire) traversé et traversant, qu’on aurait à partager avec des individus de passage(s) et même avec toute personne appréhendée comme «étrangère» en raison de ses origines ou de celles de ses ascendants et de leur incompatibilité proclamée avec un «génie du lieu» – tous ceux qu’on considère comme intrus, à qui il convient de faire savoir qu’on ne peut les souffrir, ce que ce slogan dénote sans ambages.

Ouvert et traversant

Une des conditions nécessaires pour qu’un espace soit accueillant est son ouverture, c’est-à-dire la pe

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michel Lussault

Professeur à l'ENS de Lyon et directeur de l'École urbaine de Lyon, il est l'auteur de Hyper-lieux. Les nouvelles géographies de la mondialisation (Seuil, 2017).

Dans le même numéro

Assistons-nous au triomphe de la xénophobie ? Les exilés ne sont plus les bienvenus dans notre monde de murs et de camps. Pourtant, certains font preuve de courage et organisent une contre-politique hospitalière. Ce dossier estival, coordonné par Fabienne Brugère et Guillaume le Blanc, invite à ouvrir le secours humanitaire sur un accueil institutionnel digne et une appartenance citoyenne réinventée.