Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Au pays du raki. Le vin et l’alcool de l’Empire ottoman à la Turquie d’Erdogan de François Georgeon

Épilogue de Nicolas Elias et Jean-François Pérouse

novembre 2021

Spécialiste de la Turquie, François Georgeon, à qui l’on doit un passionnant ouvrage sur le ramadan, s’intéresse ici à la production, la circulation, la consommation et les représentations de l’alcool dans un pays musulman à travers plusieurs siècles. Le Coran, tout comme les hadiths du prophète, contient des sourates sur le vin et l’ivresse, qui sont interprétées différemment selon les théologiens, les rites et les périodes. Le vin (hamr), jus non cuit fermenté de dattes ou de raisins, est interdit aux musulmans, ce qui n’empêche pas sa consommation à l’abri des regards… Le raki, de l’arabe ‘araq (« sueur » de l’alambic), ne semble connu qu’à partir du xvie siècle. Il est vite concurrencé par le café qui se répand dans toutes les couches de la population dès la fin de ce siècle. Les tavernes qui servent du vin et des mezzés sont des lieux de mauvaise fréquentation éloignés des mosquées, tandis que les cafés ne posent aucun problème de moralité. Les sultans, les élites ottomanes, les derviches et les janissaires boivent. De temps à autre, un sultan décrète la prohibition de l’alcool et punit sévèrement les contrevenants, mais son successeur rétablit la consommation. Pendant ce temps, la société s’urbanise, les boissons circulent, les modes s’installent (les jeunes et les femmes commencent à boire) et l’opposition entre les partisans et les détracteurs de la consommation de vin se pérennise. L’auteur mobilise une s

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
CNRS Éditions, 2021
368 p. 25 €

Thierry Paquot

Philosophe, professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris, il est spécialiste des questions urbaines et architecturales, et participe activement au débat sur la ville et ses transformations actuelles. Thierry Paquot a beaucoup contribué à diffuser l'oeuvre d'Ivan Illich en France (voir sa préface à Ivan Illich, La Découverte, 2012), et poursuit ses explorations philosophiques du lien entre nature,…

Dans le même numéro

L’essor sans précédent d’Internet et des nouvelles technologies de l’information a transformé en profondeur le rapport des citoyens à la participation civique. Si elle a permis des progrès incontestables, cette révolution numérique pose également des défis pour la préservation du débat en démocratie. Le bouleversement introduit par le numérique dans la délibération publique semble en effet remettre en cause les exigences traditionnellement associées au débat démocratique, comme l’égalité d’accès, le contrôle public des instances de modération, la fiabilité de l’information ou le pluralisme des courants d’expression. Quelles stratégies adopter pour faire face aux dérives qui touchent aujourd’hui le débat sur Internet ? Le dossier, coordonné par Romain Badouard et Charles Girard, examine la propagation des fausses nouvelles, la mobilisation de nouveaux publics, les pouvoirs de régulations privés et la déstabilisation des cadres juridiques. À lire aussi dans ce numéro : le naufrage moral de l’Église, qui sont les talibans ?, gouverner la pandémie et une rencontre avec Pierre Bergounioux.