Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Le serviteur inspiré. Portrait de l’artiste en travailleur de l’ombre d'Emmanuel Pernoud

novembre 2021

Nous nous représentons habituellement l’artiste comme un individu émancipé, libéré – autant que possible – de toute influence et témoignant à travers son œuvre de son originalité. Avec Le Serviteur inspiré, l’historien de l’art contemporain Emmanuel Pernoud interroge ce « lieu commun », via une série de portraits d’artistes et d’acteurs, mais aussi de rôles ou de métiers : ceux du domestique, tel qu’il est incarné au cinéma, et surtout du graveur. Pernoud compare en effet ces deux derniers afin d’interroger le paradigme de l’originalité artistique : « Peut-on concevoir une manière personnelle, voire unique de s’effacer derrière l’œuvre d’autrui ? Quel sort sera réservé, au temps des avant-gardes et de leur message émancipateur, à l’artiste qui choisit de consacrer son art à celui de servir l’art des autres ? » Tel est le sacerdoce du graveur de reproduction, qui plus est dans le contexte de « l’œuvre d’art à l’ère de la reproductibilité technique » (Walter Benjamin) qui rend en partie obsolète son savoir-faire. Si, à première vue, le graveur s’efface derrière l’artiste qu’il reproduit, il peut investir beaucoup de créativité dans ce processus, à l’instar du cubiste Jacques Villon (par ailleurs frère de Marcel Duchamp) consacrant dix années de sa carrière à la réalisation de gravures de toiles de grands maîtres de son temps (Manet, Matisse, Picasso entre autres) ou de la buriniste Cécile Reims reproduisant les œuvres de Hans Bellmer. D’au

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Les Presses du réel, 2020
160 p. 24 €

Benjamin Caraco

Docteur en histoire et conservateur des bibliothèques, Benjamin Caraco est chercheur associé au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (UMR 8058) et coordonne la rédaction du site Nonfiction.

Dans le même numéro

L’essor sans précédent d’Internet et des nouvelles technologies de l’information a transformé en profondeur le rapport des citoyens à la participation civique. Si elle a permis des progrès incontestables, cette révolution numérique pose également des défis pour la préservation du débat en démocratie. Le bouleversement introduit par le numérique dans la délibération publique semble en effet remettre en cause les exigences traditionnellement associées au débat démocratique, comme l’égalité d’accès, le contrôle public des instances de modération, la fiabilité de l’information ou le pluralisme des courants d’expression. Quelles stratégies adopter pour faire face aux dérives qui touchent aujourd’hui le débat sur Internet ? Le dossier, coordonné par Romain Badouard et Charles Girard, examine la propagation des fausses nouvelles, la mobilisation de nouveaux publics, les pouvoirs de régulations privés et la déstabilisation des cadres juridiques. À lire aussi dans ce numéro : le naufrage moral de l’Église, qui sont les talibans ?, gouverner la pandémie et une rencontre avec Pierre Bergounioux.