Notes de lecture

Dans le même numéro

Éclats d’un monde disparu. Une famille juive entre Vienne et la Galicie de Michel Juffé

mai 2021

Ce livre est le témoignage d’une quête impossible et pourtant essentielle : retrouver les traces d’une famille, la propre famille de l’auteur, disparue dans les atrocités allemandes commises durant l’invasion de la Pologne en 1941. C’est aussi le récit d’une prise de conscience plus intime, un travail de mémoire contrarié, effort délibéré et tenace d’acculturation : l’auteur a été élevé, durant de longues années, dans l’ignorance de la destruction des juifs d’Europe. Son enfance a été celle de la plus classique des éducations chrétiennes, et plus encore, celle du silence de son père sur ce que ce dernier a sans doute vécu d’innommable. Ce père, intellectuel d’origine juive, s’est converti au catholicisme avec conviction au point d’en avoir fait un objet militant. D’où le plus troublant et évident effacement. C’est seulement durant l’adolescence que l’auteur apprend l’origine juive de ses grands-parents paternels depuis toujours inconnus, qu’il se confronte à quelques rares photos, des récits venus d’ailleurs, des confidences infimes, émiettées, des lectures aussi, objectives, décisives.

Il se lance alors dans une quête mémorielle aux r&e

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Éditions de l’Élan, 2020
215 p. 20 €

Georges Vigarello

Spécialiste de l'histoire de l'hygiène, de la santé, des pratiques corporelles et des représentations du corps.   L’ensemble du travail de Georges Vigarello porte sur l’histoire des représentations et pratiques du corps. Il obéit à un projet bien particulier : montrer combien ces représentations et pratiques révèlent, dans leurs trajets historiques, des changements majeurs de culture sinon de…

Dans le même numéro

Force structurante de notre modernité, le libéralisme concentre ces dernières années toutes les critiques. Mais lorsque certains fustigent la société du tout marché, l’individualisme et l’égoïsme contemporains, l’élitisme, les inégalités ou l’autoritarisme, est-ce bien à l’idée libérale qu’ils en ont ? La démocratie peut-elle se passer du libéralisme ? C’est à ces questions que s’attache ce dossier, coordonné par Anne-Lorraine Bujon. Le libéralisme y apparaît d’abord comme une tradition plurielle, capable de se renouveler et de se combiner avec d’autres courants de pensée politique. Timothy Garton Ash le définit comme une méthode plutôt qu’un système : « une quête interminable pour déterminer le meilleur moyen de bien vivre ensemble dans les conditions de la liberté ». À quelles conditions, et dans quelles formes nouvelles peut-on défendre aujourd’hui l’idée libérale ? À lire aussi dans ce numéro : l’Allemagne après la réunification, les pays baltiques, la mémoire selon Ernest Pignon-Ernest, une lecture de Nœuds de vie de Julien Gracq, et la vie de Konrad von Moltke, le délégué de la nature.