Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

Un Occident kidnappé de Milan Kundera

Ou la tragédie de l’Europe centrale. Précédé de La littérature et les petites nationsPrésentations de Pierre Nora et Jacques Rupnik

mars 2022

À travers ses romans mais aussi ses essais, Milan Kundera s’est révélé comme le chantre de ce qu’on peut encore appeler l’« Europe centrale », cette zone géographique qui inclut, selon lui, le pays où il est né, l’ancienne Tchécoslovaquie, ainsi que la Hongrie et la Pologne, mais avec, en arrière-fond nostalgique, cette Autriche-Hongrie disparue en 1918, immense et regretté foyer culturel. Dans un article pour la revue Le Débat, en 1983, l’écrivain, désormais citoyen français, revenait en quelques pages fulgurantes sur ce que représentait pour lui, historiquement, cette Mitteleuropa. C’est cet article que fait reparaître aujourd’hui la collection « Le Débat », dans un bref volume qui contient également un texte encore inédit en français, « La littérature et les petites nations », discours prononcé lors du Congrès des écrivains tchécoslovaques en 1967. Ces deux contributions apportent aujourd’hui un éclairage pertinent au débat sur l’identité européenne, le rôle chancelant de la culture moderne et l’avenir problématique des nations.

Pour Kundera, les choses sont claires : c’est la culture qui forgeait jadis l’identité d’une nation. En 1918, les pays d’Europe centrale ont choisi non pas l’assimilation à un empire, mais l’autonomie politique. Les écrivains tchèques, par exemple, écrit Kundera dans son discours de 1967, « ont une responsabilité majeure dans la survie même de notre peuple ».

Ils choisirent de s’exprimer dans leur langue

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Gallimard, 2021
80 p. 9 €

Jacques-Émile Miriel

Critique littéraire, il a collaboré au Magazine littéraire et au Dictionnaire des Auteurs et des Oeuvres (Robert Laffont, 2007).

Dans le même numéro

Retrouver la souveraineté ?

L’inflation récente des usages du mot « souveraineté », venue tant de la droite que de la gauche, induit une dévaluation de son sens. Dévaluation d’autant plus choquante à l’heure où, sur le sol européen, un État souverain, l’Ukraine, est victime d’une agression armée. Renvoyant de manière vague à un « pouvoir de décider » supposément perdu, ces usages aveugles confondent souvent la souveraineté avec la puissance et versent volontiers dans le souverainisme, sous la forme d’un rejet de l’Union européenne. Ce dossier, coordonné par Jean-Yves Pranchère, invite à reformuler correctement la question de la souveraineté, afin qu’elle embraye sur les enjeux décisifs qu’elle masque trop souvent : l’exercice de la puissance publique et les conditions de la délibération collective. À lire aussi dans ce numéro : les banlieues populaires ne voteront plus, le devenir africain du monde, le destin du communisme, pour une troisième gauche, Nantes dans la traite atlantique, et la musique classique au xxie siècle.