Notes de lecture

Dans le même numéro

Le cabinet du professeur Adorno

juil./août 2021

La publication du cours d’esthétique prononcé par Théodore W. Adorno pendant l’année 1958-1959 ouvre à une compréhension plus fine de la pensée esthétique de l’auteur. Il permet d’en situer l’héritage dans le traumatisme d’une génération marquée par le stigmate indélébile de la Première Guerre mondiale.

C’est toute une génération spirituelle d’Allemagne qui a dû – et su – dévisager l’histoire avec des yeux épouvantés d’Apocalypse, même si certains de ses protagonistes, tel Adorno, gardèrent les yeux secs : apocalypse profane dès lors. Refusant l’attente d’aucune révélation, d’aucun dieu à venir salvateur, endurant le délaissement d’Ariane à Naxos. On n’éprouve pas comme il convient le tranchant de la pensée d’Adorno, jusque dans ses œuvres plus proprement esthétiques, ainsi par exemple ses références à Valéry, voire son amour pour Alban Berg, si on la soustrait à cette constellation de Ténèbres.

Son dictum, lu dans Prismes1, pointant la barbarie de tout art après Auschwitz, ayant aujourd’hui viré trivial, a effacé toute perspective et nous dissimule que pour cette génération, en fait, l’Apocalypse a frappé son premier coup en 1914. C’est alors que le Ciel s’est initialement déchiré, que le Jour a basculé définitivement, grimace de la Nuit. L’ébranlement spirituel, aussi bien pour Patoćka, part de cette archi-catastrophe, du choc propagé par la rencontre du prôton pseudos de la culture et de l’histoire.

Il est, bien sûr, inutile de souligner l’intérêt de la récente traduction, due à deux très grands spécialistes (Antonia Birnbaum et Michel Métayer), du cours d’esthétique, un des six cours recensés sur ce thème, prononcé par Adorno lors du semestre d’hiver 1958-1959,

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
Klincksieck, 2021
368 p. 35 €

Jean-Loup Thébaud

Jean-Loup Thébaud est philosophe, il a notamment travaillé sur Jan Patocka et Hans-Georg Gadamer. Il a publié une discussion avec Jean-François Lyotard, Au juste (Paris, Christian Bourgois, 2006).

Dans le même numéro

Nos attentes à l’égard de la littérature ont changé. Autant qu’une expérience esthétique, nous y cherchons aujourd’hui des ressources pour comprendre le monde contemporain, voire le transformer. En témoigne l’importance prise par les enjeux d’écologie, de féminisme ou de dénonciation des inégalités dans la littérature de ce début du XXIe siècle, qui prend des formes renouvelées : le « roman à thèse » laisse volontiers place à une littérature de témoignage ou d’enquête. Ce dossier, coordonné par Anne Dujin et Alexandre Gefen, explore cette réarticulation de la littérature avec les questions morales et politiques, qui interroge à la fois le statut de l’écrivain aujourd’hui, les frontières de la littérature, la manière dont nous en jugeons et ce que nous en attendons. Avec des textes de Felwine Sarr, Gisèle Sapiro, Jean-Claude Pinson, Alice Zeniter, François Bon.