Notes de lecture

Dans le même numéro

Le cœur de Brutus de Miguel Abensour

« Quiconque sondera ce puits : Quatrevingt-treize, Sentira se cabrer et s’enfuir son esprit. »

Victor Hugo

Miguel Abensour n’a pas bénéficié d’une notoriété publique à hauteur de l’originalité de son œuvre. C’est donc une initiative à saluer de la part d’Anne Kupiec de publier Le cœur de Brutus, qui rassemble plusieurs articles déjà publiés[1] mais aussi des inédits, en fidélité à un projet de livre formé par Abensour qu’il n’a pu mener à terme.

La sombre beauté du titre, qui pourrait légender un tableau de David, nous déroute plus qu’elle ne nous facilite l’accès au sens du livre. Ces quelques lignes d’une lettre de Saint-Just à un ami pourront servir d’appui : « Arrachez-moi le cœur et mangez-le, vous deviendrez ce que vous n’êtes point : grands ! » Texte pour le moins saisissant par sa sauvagerie sacrificielle, qu’elle soit païenne- « aztèque » ou christique, et qui vaut pour l’un ou l’autre des Brutus, celui de Tarquin comme celui de César. Il s’agit de Brutus-Sai

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Loup Thébaud

Jean-Loup Thébaud est philosophe, il a notamment travaillé sur Jan Patocka et Hans-Georg Gadamer. Il a publié une discussion avec Jean-François Lyotard, Au juste (Paris, Christian Bourgois, 2006).

Dans le même numéro

Là où nos sociétés connaissent des tensions, là aussi travaille le langage. Le dossier d’Esprit (décembre 2019), coordonné par Anne Dujin, se met à son écoute, pour entendre l’écho de nos angoisses, de nos espoirs et de nos désirs. À lire aussi dans ce numéro : les déçus du Califat, 1989 ou le sens de l’histoire et un entretien avec Sylvain Tesson.